Alès-Cévennes
Publié il y a 9 jours - Mise à jour le 25.01.2023 - François Desmeures - 2 min  - vu 584 fois

MIALET L'épicerie renaît avec quelques bénévoles et des pistes de développement

Au coeur du village de Mialet, sur les chemins de randonnée.

- (photo François Desmeures)

"Chez Mialet" a rouvert le 10 janvier au coeur du village. Pour ne pas épuiser les bénévoles, la restauration deviendra snack. De nouvelles animations sont attendues.

Dans une première pièce, la partie épicerie. • (photo François Desmeures)

Elle ne sera pas restée fermée bien longtemps. Mais, pour ceux qui tiennent à cet élément de vie du village, la fermeture a immédiatement entraîné une mobilisation. En décembre, le conseil d'administration de l'épicerie Chez Mialet démissionnait en bloc, usé, et pas remplacé. "L'association avait acquis une reconnaissance des gens de la région, explique Yves Bertran, président de la nouvelle structure. Elle comptait pas mal de followers sur Facebook par exemple, organisait des spectacles, des expositions, etc." 

"La fin des emplois aidés a été un coup fatal, rembobine Yves Bertran. On s'en sortait avec un gars à l'épicerie et un gars à la restauration, et la mairie offrait le local et les flux." Pour stabiliser l'affaire, à l'époque, "on a fait un DLA (dispositif local d'accompagnement de l'économie sociale et solidaire) avec la Segard qui nous donnait, comme option principale, d'augmenter les revenus de la restauration". Mais le diable est parfois dans les bonnes intentions, car si un vrai service de restauration, avec spectacle le vendredi soir, assure des moyens à la structure, "ça devenait vraiment une ambiance de travail, retient Yves Bertran, et ça a fait fuir les bénévoles". Et puis, les activités conviviales, "comme les après-midi belote ou jeux", avaient délaissé les lieux. 

"On repart avec une équipe de six ou huit personnes et on renverse la machine concernant le mode de fonctionnement, pour qu'il soit encore plus libre." Cet hiver, Chez Mialet compte sur les initiatives des gens, qui pourraient, notamment, relancer les repas bénévoles. "Il faut, maintenant, qu'on monte un projet pour l'été. Ce sera plus léger en restauration (plutôt snack) et, donc, plus abordable niveau prix. On mènera aussi des animations autour du lieu", réfléchit Yves Bertran. La nouvelle convention avec la mairie devrait aboutir à a mise en place d'un loyer. 

Après l'épicerie, le café associatif qui ouvre sur une terrasse extérieure. • (photo François Desmeures)

Les "repreneurs" souhaitent aussi s'insérer dans les réseaux départementaux et territoriaux, comme les différents tiers-lieux du département, le programme alimentaire territorial d'Alès Agglo, ou encore avec les foyers ruraux. Un point informatique et services pourrait voir le jour. Tous les mardis, entre 19h et 22h, une soirée jeux doit voir le jour. Chez Mialet souhaite aussi se rapprocher de producteurs locaux pour des commandes groupées ou motiver l'adhésion de nouveaux bénévoles. 

C'est la même logique, locale, qui prévaut pour la quarantaine de fournisseurs de l'épicerie et du snack. Des producteurs que Chez Mialet aimerait bien accueillir en résidence, de temps en temps, pour qu'il présentent et parlent de leurs produits. 

Pour avoir l'assise financière afin de relancer la machine, les bénévoles organisent un loto de soutien, le 4 février, et comptent sur des volontaires pour faire des crèpes, et venir jouer !

Ouvert du mardi au samedi, de 10h à 12h30 pendant l'hiver, et de 8h à 18h, du mardi au samedi, dans les mois de juillet et août. 

François Desmeures

Alès-Cévennes

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais