Publié il y a 3 jours - Mise à jour le 10.07.2024 - Louise Gal - 3 min  - vu 2067 fois

ARLES Conseil municipal : le pont de Barcarin, des terrains de padel, Parc régional de Camargue...

Conseil municipal Arles

Conseil municipal d'Arles juillet 2024. 

- Louise Gal

Le conseil municipal d'Arles s'est réuni ce mardi 9 juillet et a abordé 35 délibérations. 

Le dernier conseil municipal avant l'été s'est déroulé mardi soir, au sein du pôle de services publics à Arles. Après de vifs échanges au sujet des élections législatives, 35 délibérations ont été étudiées. Parmi elles, le projet de pont de Salin-de-Giraud.

Un pont pour Salin-de-Giraud

Alors que la concertation publique sur les études « avant- projet » de l’aménagement d’un pont pour franchir le Rhône entre Port-Saint-Louis-du-Rhône et Salin de Giraud, se termine ce jeudi 11 juillet, le conseil municipal a, de son côté, émis un avis favorable. "Ce pont permettra d'améliorer la vie quotidienne des habitants. Faciliter l'accès des services d'urgence et le développement des entreprises locales", estime Eva Cardini, adjointe du quartier de Salin-de-Giraud.

Cyril Girard a tout de même émis quelques réticences, évoquant notamment de possibles conséquences environnementales, la question d'une augmentation du trafic ou encore de la survie des commerces locaux quand il sera possible de "rejoindre des grandes surfaces en 10 minutes." Mandy Graillon lui rétorque notamment que "le bac de Barcarin tourne au diesel et pollue deux fois plus qu'un pont."

De son côté, Nicolas Koukas rappelle que ce projet de pont, souhaité par les saliniers, date de très nombreuses années et en appelle donc à la prudence pour ne pas les décevoir. "Il ne faut pas leur faire croire que c'est fait." Le projet ne devant aboutir qu'en 2033, l'élu communiste souligne également l'importance de l'outil bac. "En attendant, il faut que le département mette les moyens nécessaires afin qu'il fonctionne dans les meilleures conditions possibles."

Bientôt des terrains de padel en centre-ville ?

L’attribution de l’appel à manifestation d'intérêt (AMI) aux SAS Sporting Event et Le Break, a été validé par le conseil municipal pour la réalisation, l'exploitation et la maintenance de deux courts de padel au sein du complexe sportif Fernand-Fournier, ainsi que pour l'exploitation de l'espace de restauration présent sur le site. "C'est une porte ouverte dangereuse pour le patrimoine municipal que de privatiser une partie des courts de tennis", s'inquiète Cyril Girard.

Une crainte à laquelle Sibylle Laugier-Serisanis répond en précisant qu'il s'agit d'une "mise à disposition des terrains pour 15 ans. Ensuite, la prochaine municipalité fera ce qu'elle voudra." L'adjointe au maire en charge des Sports ajoute qu'il s'agit "d'une demande des licenciés. La Ville n'ayant pas les moyens d'en construire, nous avons trouvé cette solution qui permettra d'installer cette nouvelle discipline qui n'existe pas encore dans la ville."

Aide exceptionnelle au Parc naturel régional de Camargue

L'attribution d'une subvention exceptionnelle de 11 663 € pour 2024 pour permettre au budget du Parc naturel régional de Camargue d'être à l'équilibre, a suscité quelques interrogations. Non pas au sujet de la subvention, adoptée à l'unanimité, mais de la situation dans laquelle se trouve le Parc. "Comment en est-on arrivé là ?", questionne Mohammed Rafail. "On marche sur la tête !", s'exclame de son côté Cyril Girard. "La Région qui n'a cessé de mettre en difficulté cet outil, en retirant des financements, nous demande maintenant de mettre la main à la poche pour boucler le budget annuel du Parc, résorber sa dette et payer des missions qui datent de 2023", souligne-t-il. Pour autant, l'élu reconnaît cette aide importante afin "d'envoyer un signal fort de soutien aux agents, qui sont régulièrement attaqués."

Parmi les autres sujets abordés et adoptés, la fixation d'un tarif à hauteur de 25 € pour le concert de musique pop urbaine, prévu par la mairie au sein du Théâtre Antique le 5 octobre 2023. "Il s'agit d'envoyer un signal fort dans nos quartiers qui sont friands de ce type de musique. Il nous semblait important de travailler sur cette musique là, qui n'est aujourd'hui pas représentée à Arles, expose Patrick de Carolis. Avec derrière, si ce concert est complet, l'ambition d'installer petit à petit des sortes de groupes, de formations pour les jeunes de nos quartiers qui seraient intéressés, et leur permettre de venir dans un lieu dans lequel ils ne sont pas habitués à aller."

Louise Gal

Arles

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio