Publié il y a 19 jours - Mise à jour le 03.06.2024 - Stéphanie Marin - 2 min  - vu 297 fois

BEAUCAIRE Hommages et finale du Muguet d'or, la fé di bioù à l'honneur

Yassin Naim à l'oeuvre dans les arènes de Beaucaire.

- S.Ma

La course camarguaise était à l'honneur hier, dimanche 2 juin, à Beaucaire. Après la cérémonie d'hommage aux raseteurs morts en pistes et une course de cinq taureaux jeunes emboulés, a eu lieu la finale du Muguet d'or dans les arènes portant le nom de Paul Laurent, créateur de la manade Laurent en 1944. 

Élus beaucairois, jeunes et anciens raseteurs, membres de clubs taurins, manadiers, Arlésiennes, tous étaient réunis devant la stèle érigée en 1991 à deux pas des arènes Paul Laurent pour honorer la mémoire des raseteurs morts en pistes. L'occasion de témoigner leur soutien aux familles et de "rappeler ce qu'est cette fonction de raseteur qui nécessite beaucoup de courage", a souligné le maire de Beaucaire, Julien Sanchez.

Lors de l'hommage aux raseteurs décédés en pistes le dimanche 2 juin, devant les arènes de Beaucaire. • S.Ma

Dans son discours comme dans celui d'Inès Hugon, trésorière de la Fédération française de la course camarguaise et de Jacques Roumajon, président de l'association des anciens raseteurs, la même ritournelle : le respect et la défense des traditions. "Ils (les raseteurs morts en pistes, Ndlr) ont payé le prix fort afin que perdure et vive ce qui leur tenait à coeur, les réunissait et les rassemblait. Assurer la pérennité de la course camarguaise, c'est honorer la mémoire de ceux qui ont donné leur vie pour la fé di biou", a déclaré Inès Hugon.

Élus, représentants de la Fédération française de la course camarguaise et des anciens raseteurs ont procédé à un dépôt de gerbes devant la stèle érigée en 1991 en hommage aux raseteurs décédés en pistes. • S.Ma

Et Jacques Roumajon d'ajouter : "S'habiller de blanc exige du courage, de la fierté, une part d'insouciance et souvent de l'inconscience mais toujours de la passion. Ce devoir de mémoire nous incombe, ne soyons pas frileux et avares de souvenirs. Faisons que l'armée blanche, comme elle a été désignée par notre président fédéral, Nicolas Triol, devant le cercueil de Kevin (Bruguière, Ndlr), ne se transforme pas en simple bataillon aux ordres mercantiles et douteux."

Dimanche en fin de matinée a eu lieu une course de taureaux jeunes emboulés.  • S.Ma

Suite à cette cérémonie, un autre hommage a été rendu, cette fois-ci en piste, à la manade Laurent créée en 1944 par Paul Laurent, également l'un des fondateurs du Trophée taurin, compétition la plus emblématique de la course camarguaise. En fin de matinée, ce sont d'abord les jeunes des écoles de raseteurs de la région qui ont montré leur savoir-faire en piste lors d'une course de cinq taureaux jeunes emboulés de la manade née à Beaucaire avant de rejoindre Les Marquises à Salin de Giraud. Puis à 17h, le maire a remis un trophée d'honneur à Henri, âgé de 90 ans, Patrick et Paul Laurent, ce dernier incarne la 4e génération de cette lignée d'éleveurs. 

L'abrivado avec les gardians des manades Aubanel et Laurent. • S.Ma

Une mise en lumière suivie d'une abrivado dans les arènes avec les gardians des manades Aubanel et Laurent et enfin, la finale du Muguet d'or - Souvenir François Canto concoctée par Daniel Siméon, organisateur des courses camarguaises dans les arènes de Beaucaire.

L'hommage à la manade Laurent. • S.Ma

À l'issue de la troisième journée qui marque la finale de ce trophée des As, c'est Joachim Cadenas qui a raflé le prix du meilleur raseteur avec 42 points. Vincent Marignan - victime d'une chute spectaculaire pendant la course, mais il a tout de même pu revenir en piste - a décroché la deuxième place devant Youssef Zekraoui. Côté cocardiers, c'est Le Sage de la manade Lautier qui a été récompensé.

Joachim Cadenas, vainqueur du Muguet d'or 2024. • S.Ma

Stéphanie Marin

Beaucaire

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio