Publié il y a 23 jours - Mise à jour le 31.03.2024 - Camille Graizzaro - 4 min  - vu 770 fois

FAIT DU JOUR Le rallye, une affaire de famille

Coralie et Sandrine, premières au classement féminin, pilotent en famille pour ce rallye des vins du Gard 2024.

- C. Graizzaro

Le week-end dernier était organisé la 24e édition du Rallye des vins du Gard à Remoulins. L’occasion pour les passionnés de vitesse sur route de se rassembler. Parmi eux, Sandrine et Coralie, mère et fille, mais surtout pilote et copilote, sont arrivées premières du classement féminin.

Du soleil, un peu de vent, de la poussière, une légère odeur d’essence et surtout une bonne humeur générale : le 24e rallye des vins du Gard s’est installé sur le parking de la Madone à Remoulins le week-end dernier. Près de 160 pilotes (et leurs copilotes) sont venus mettre à l’épreuve réflexes et bolides, pour le plus grand plaisir des visiteurs experts ou curieux. « Ça doit être la dixième fois que je viens voir ce rallye, c’est celui qui est le plus proche de chez moi », raconte Laurent, accompagné de sa fille Léane. « Comme il est en début d’année, on découvre les nouveaux pilotes ou les nouvelles voitures de la saison. Il y a quelques surprises, il y a une Porsche sur le podium ça c’est sympa ! Ce dernier est un peu attendu, mais pour le reste, pas mal de surprises. »

Arrivée et clap de fin pour les voitures historiques lors du Rallye des vins du Gard 2024. • C. Graizzaro

« Ce qui me plait dans le rallye, c’est la vitesse, le bruit, les odeurs, les sensations…, explique Christian. Ce sont les techniques de pilotage aussi. En plus, ce qu’il y a de bien cette année, c’est qu’il y a beaucoup plus de véhicules historiques, c’est intéressant ». Si la plupart comme Christian sont de la région, certains sont venus de loin pour encourager leurs coureurs comme Christophe et Xavier. « Nous, on vient de Grasse. Ce qui est bien ici, c’est que tout est concentré, les spéciales ne sont pas très loin les unes des autres. »

Les pilotes s'alignent pour les dernières épreuves du week-end. • C. Graizzaro

Une spéciale, pour les néophytes, c’est une portion de route fermée et chronométrée qui permet de faire le classement des performances des différentes équipes. Le parcours se construit donc en spéciales et liaisons, qui relient les spéciales entre elles. Même programme que l’an passé, les voitures (modernes ou historiques selon leur catégorie) sont ainsi passées par Collias, Cabrières, Valliguières, Rochefort-du-Gard, Saint-Victor-Lacoste, le Pin et bien sûr Remoulins où était installé le camp de base du rallye. Le tout en toute sécurité pour les concurrents comme les spectateurs, assure le commissaire de l’association sportive automobile Gard-Cévènnes monsieur Cayhuela : « Tout au long des spéciales, il y a des commissaires qui font attention au public et à la sécurité des pilotes. On note chaque voiture qui passe à chaque poste, et s’il en manque une on va la chercher, pour s’assurer que tout le monde va bien. »

Jean-José Dardanelli, président de l'association sportive automobile du Gard Cévènnes. "On est très heureux parce que notre rallye a beaucoup de succès. On a une grosse fierté, et un podium de grosses voitures, c'est super." • C. Graizzaro

"On partage la voiture un rallye sur deux!"

Parmi les compétiteurs du jour, il y a Sandrine et Coralie Souchon, mère et filles, mais surtout pilote et copilote. Elles sont arrivées premières au classement féminin, et chez les Souchon, le rallye c’est une histoire de famille. « Je suis passionnée depuis toujours », témoigne Sandrine, la maman. « J’ai commencé comme copilote, puis j’ai rencontré mon mari qui était aussi dans le sport auto. J’ai arrêté pour mes enfants, mais pour nos quarante ans, on s’est offert une voiture et depuis on fait un rallye chacun notre tour les week-ends ! » Et comme la pomme ne tombe jamais loin de l’arbre, les enfants, qui ont baigné dans le rallye depuis petit, s’y sont mis aussi. Coralie, la fille, accompagne Sandrine en copilote. Et le fils, qui « est presque né dans une voiture », a entrepris des études pour travailler comme mécanicien dans le milieu de la course automobile.

Coralie et Sandrine, premières au classement féminin, pilotent en famille pour ce rallye des vins du Gard 2024. • C. Graizzaro

« J’ai commencé à m’intéresser tard, ce n’était pas trop mon truc au début », se rappelle Coralie. « Puis j’ai rencontré mon chéri qui roule aujourd’hui aussi avec un copain et à force de voir tout le monde dans le milieu du rallye, je me suis dit qu’il aurait été dommage de ne pas tester ! Et il y a un an jour pour jour, j’ai fait mon premier rallye ici même ! ». L’adrénaline, le plaisir, la vitesse « en toute légalité et sécurité », le rallye, c’est une véritable passion. Et au-delà des liens du sang, « il y a une famille du rallye, on retrouve toujours les mêmes copains, on fait beaucoup de rencontres. Au-delà d’être dans la voiture moi ce qui me plait c’est ce côté social au-delà de la vitesse », assure Coralie.

Petites vérifications après la course, les voitures historiques viennent de terminer les dernières épreuves du rallye. • C. Graizzaro

Non contentes de rouler, les Souchons organisent aussi leur propre rallye avec leur association Team Sarriannais. Prévu les 17 et 18 mai, le rallye des monts de Vaucluse à côté de Carpentras est encore en cours d’organisation, mais enthousiasme beaucoup le duo mère-fille. « On passe par tous les points de vue, du spectateur à l’organisateur, en passant par l’organisation. Je suis parfois commissaire aussi. La course auto, c’est notre truc : on vit, on boit, on mange avec nos voitures tout le temps ! ».

Les podiums

Laurent Lacomy et Yoann Bouchet, premier au classement général des voitures modernes. • C. Graizzaro

Sandrine et Coralie sont contentes de leur week-end, un sentiment partagé par la majorité des participants. Tous saluent la bonne organisation du rallye et la qualité des spéciales. Côté podium, pour les voitures anciennes, c’est le duo Jean-Bapstiste Borel et Victor Vacher qui a obtenu la première place à bord d'une Ford Escort RS 1800, suivi de Claude Serafino et Mathieu Raunier en deuxième place avec une Porsche 911 SC. Didier Sanchez et Julie Riccio Sanchez obtiennent la troisième place avec leur Opel Ascona. Du côté des voitures modernes, Laurent Lacomy et Yoann Bouchet remportent la première place à bord de leur Citroën C3, suivis de Loic Panagiotis et Maxime Brahic qui conduisaient une Porsche 991, et de Thierry Brunet et Jean-Pascal Berger en troisième place avec leur Skoda Fabia.

Jean-Bapstiste Borel et Victor Vacher, classés premiers dans la catégorie voitures historiques (VH). • C. Graizzaro

Camille Graizzaro

Beaucaire

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio