Publié il y a 1 an - Mise à jour le 20.04.2023 - Norman Jardin - 4 min  - vu 1924 fois

FAIT DU JOUR À la résidence Vindemia, les locataires dénoncent un bailleur «fantôme»

Les locataires de la résidence Vindemia se sentent abandonnés par le bailleur

- Photo : Norman Jardin

Entre les saletés, les inondations et l'insécurité, les locataires de la résidence Vindemia sont excédés. De son côté, le bailleur, la Société française d’habitation économique (SFHE), annonce des travaux à venir et une rencontre avec les locataires le 2 mai prochain. 

Aïcha est une locataire particulière dans la résidence Vindemia. Au début des années 2000, elle fait partie des premières à s’installer dans ce bâtiment de 24 appartements. « C’était très propre et j’étais très contente. Il n’y avait aucun problème dans les premières années et le nettoyage se faisait très régulièrement », se souvient-elle avec nostalgie. Mais visiblement, les choses se sont dégradées au fil des années. Deux décennies plus tard, les locataires sont à bout et les problèmes s’accumulent. Dès l’entrée, on constate, caché derrière des encombrants, que le coffret électrique est en partie cassé et ouvert aux quatre vents.

Entouré d’encombrants, le coffret électrique est dans sale état • Photo : Norman Jardin

Alcool, drogue et bagarres

À deux mètres de là, les sonnettes sont totalement recouvertes de peinture et il est donc impossible de distinguer les noms des locataires. Voilà une introduction peu séduisante. Il faut désormais franchir la porte d’entrée, mais ce n’est pas vraiment un problème : « Le code n’a jamais été changé et beaucoup de monde le connait. Alors, les parties communes sont squattées. Des gens boivent et fument de la drogue. On ne se sent pas en sécurité », s’inquiète Horia car les intrus provoquent parfois des bagarres. La jeune maman d'un garçon en situation de handicap condamne le manque d’hygiène dans la résidence : « L’immeuble est très sale, il est à l’abandon. Personne ne vient pour l’entretien. Le local à poubelles est une horreur puisque parfois les ordures massèrent pendant plusieurs jours ».

Khémaïs explique avoir perdu sa voiture en raison d’une inondation causée par le manque d’entretien du garage. • Photo : Khémaïs Mustapha

« Le parking était inondé et j’ai perdu ma voiture, car il n’y a pas d’écoulement de l’eau et pas d’entretien »

La liste des doléances s’allonge au fil des rencontres avec les locataires. Vient le sujet du parking, théâtre de bien des événements de jour comme de nuit. Khémaïs n’y est pas spécialement à l’aise : « En septembre 2021, il y a eu des grosses pluies. Quand je suis rentré, le parking était inondé et j’ai perdu ma voiture car il n’y a pas d’écoulement de l’eau et pas d’entretien. SFHE (le bailleur, NDLR) n’a rien voulu savoir au niveau de l’assurance. » Refroidis par cet épisode, les jours de pluie, des locataires sortent leur véhicule du parking par peur de l'inondation. Un autre exemple ? Pour franchir une petite marche située devant son domicile, une personne à mobilité réduite doit s’équiper d’une planche permettant à son fauteuil roulant de ne pas rester bloqué.

Chez Horia, l’isolation des fenêtres est à revoir • Photo : Norman Jardin

« J’ai condamné une pièce, je l’appelle la chambre froide »

Après ce constat extérieur, quelle est la situation dans les logements ? La première réponse est apportée par Aïcha : « Mon appartement est une passoire énergétique. J’ai condamné une pièce, je l’appelle la chambre froide. » La mauvaise isolation est un problème récurrent dans le bâtiment, comme le confirme Horia : « Les fenêtres et les portes fenêtres ferment mal. L’hiver c’est horrible et ça pose, là encore, un problème de sécurité. SFHE est venue fixer un ruban adhésif qui n’a pas tenu. On paye des charges, qui ont augmenté, mais les services ne sont pas rendus. »

Un locataire en situation de handicap a installé une planche pour que son fauteuil roulant puisse franchir une marche • Photo : Norman Jardin

«  Le diagnostic énergétique n’est plus valable depuis 2019 »

L’appartement de Khémaïs n’échappe pas à la règle : « Il fait très froid l’hiver et très chaud l’été. Le diagnostic énergétique n’est plus valable depuis 2019. Quelqu’un est venu faire des constatations il y a six mois, mais je n’ai plus de nouvelles. » La résidence Vindemia présente un pedigree peu reluisant. Ses habitants sont à bout de patience et ils aimeraient bien que le bailleur se manifeste. « En septembre nous avons envoyé une pétition signée par tous les locataires, mais c’est un bailleur fantôme. On a contacté un conciliateur pour nous conseiller et la SFHE nous a fait des promesses », explique Khémaïs.

Le bloc des sonnettes a été vandalisé • Photo : Norman Jardin

« On n’est pas respectés, on est méprisés »

L’absence de réponse alimente les rancœurs, et Aïcha ne cache pas sa déception : « On n’est pas respectés, on est méprisés. On les contacte gentiment, pourquoi les promesses n’ont jamais été tenues ? Ça me peine car c’est une belle résidence, bien située. On ne demande pas grand-chose, juste des travaux et l’entretien des parties communes. » Pourtant, la SFHE (qui s'exprime ci-dessous) revendique sur son site Internet : « La satisfaction des locataires est un de nos enjeux majeurs. » Un enjeu accompagné d'une belle devise : « Aimer habiter ! » C’est exactement le souhait des locataires de la résidence Vindemia.

Les réponses du bailleur

Nous sommes un bailleur social qui gérons cette résidence depuis plus de 20 ans. Des logements ont été vendus et la résidence est passée sous le régime de la copropriété depuis février 2023. Un syndic de copropriété a été mandaté pour la gestion des parties communes et l'assemblée générale constitutive a eu lieu. Des gros travaux et travaux d'entretien ont été réalisés depuis ces dernières années (réfection de la toiture, rénovation du local poubelle, remplacement des portes palières, ...). Notre équipe de proximité a déjà rencontré plusieurs locataires concernant ces demandes, des éléments de réponses ont été apportés. Une réunion en bas d'immeubles est prévue le 2 mai prochain pour expliquer aux locataires les actions à venir et présenter le syndic et le fonctionnement d'une copropriété. Une action de communication est en cours de rédaction. Une remise en état des parties communes pour l'entretien ménager aura prochainement lieu. Des devis sont en cours d'élaboration. Le nouveau diagnostic de performance énergétique indique la lettre C. Ce DPE pourra être présenté pour information aux locataire lors de notre prochaine rencontre.

Norman Jardin

Nîmes

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio