Nîmes
Publié il y a 2 mois - Mise à jour le 29.11.2022 - Corentin Corger - 3 min  - vu 1155 fois

NÎMES Comment la Ville compte économiser 1,3 M€ sur l’énergie en 2023 ?

La patinoire de Saint-Césaire

La période d'ouverture de la patinoire est réduite 

- Anthony Maurin

Alors que la ville de Nîmes table sur une facture d’énergies à 12,5 M€ pour 2023, elle espère réaliser une économie de 10,6 % soit 1,3 M€. Pour y parvenir, un grand plan de réductions des énergies sera mis en place. Tour d’horizon des mesures sans doute irréversibles prévues.

Comme toutes les municipalités, la ville de Nîmes est contrainte de réaliser des économies de grande ampleur en termes de dépenses énergétiques. En 2023, le budget total prévisionnel des consommations d’énergie des bâtiments publics passerait à 9,6 M€ contre 6,3 M€ en 2022. Les prix du gaz, de l’eau et de l’électricité flambent. Alors la Ville est partie à la chasse aux économies d’énergie sur tous les équipements qu’elle gère car le maire a rappelé sa volonté de ne pas augmenter les impôts.

Ce qui permet de réaliser des économies assez importantes d’au moins 200 000 euros, c’est l’extinction partielle de l’éclairage public. De minuit à 5 h du matin, l’éclairage sera éteint sur tout un périmètre situé au-delà de la RN106 à l’ouest, du boulevard Allende et la route d’Avignon au sud, et le chemin des Limites au nord à partir du 2 décembre (voir carte ci-dessous). Le centre-ville et les quartiers prioritaires comme Valdegour, Pissevin, Chemin-Bas-d’Avignon et le Mas de Mingue resteront allumés pour des raisons de sécurité.

carte périmètre extinction éclairage public
La carte avec le périmètre en jaune où l'éclairage public est maintenu la nuit • ville de Nîmes

En ce qui concerne l’éclairage patrimonial, l'Esplanade, l’avenue Feuchères, le palais de justice, la place de la Calade, et la Tour de l'horloge seront désormais éteints à minuit (au lieu de 1h aujourd'hui) et ne seront pas rallumés le matin. La Ville procèdera par ailleurs à l'extinction totale des points suivants : Crocodile Starck (avenue Carnot), projection du feuillage sur la chaussée (avenue de la Liberté), olivier sur le giratoire de la SERNAM (rue Vincent Faïta), olivier sur le giratoire BRL (avenue Pierre Mendès- France), façades des maisons (Notre-Dame et rue Clérisseau).

La piscine Fenouillet fermée pour travaux

Place ensuite aux équipements sportifs. À partir du 2 janvier, dans toutes les piscines, la température baissera d’un à deux degrés : de 20°C à 19°C dans les vestiaires, de 29°C à 27°C dans l’eau et de 28°C à 27°C dans l’air. La réduction des coûts passe aussi par la rénovation énergétique des infrastructures anciennes. C’est le cas de la piscine Fenouillet. « De nombreux mètres cubes sont gaspillées. C’est un courant d’air Fenouillet, l’air passe tout. La rénovation est évidente », détaille Pascale Venturini, adjointe déléguée à l’Environnement.

Ainsi, du 1er janvier 2023 au 31 mars 2024, la piscine sera fermée pour de longs travaux, notamment sur le bassin dont le coût est de l’ordre d’un million d’euros. Dans l’objectif d’une plus grande optimisation de l’ouverture des piscines municipales, une seule d’entre elles (Iris/Neruda/Aquatropic) sera ouverte pendant les vacances scolaires. À la rentrée 2023, la Ville se pose aussi la question d’arrêter les séances de bébés nageurs car l’eau doit être chauffée à 31 degrés. Pour la fin de la saison, les séances seront délocalisées d’Aquatropic à la piscine des Iris.

Deux degrés de moins dans les gymnases

Autre équipement énergivore, la patinoire. Sa période d’ouverture sera réduite sur huit mois : du 1er septembre au 30 avril et plus jusqu’au 15 juin. La principale mesure concerne les gymnases avec une température réduite de deux degrés. Dans les vestiaires ou encore les salles de gymnastique, on passe de 18 à 16 degrés. Pendant les vacances scolaires, les gymnases, hors Parnasse et Costières, seront fermés une semaine sur deux (deux semaines lors de la période de Noël). Ils seront également fermés du 15 juillet au 15 août.

venturini fournier
Pascal Venturini, délguée à l'environnement et le maire Jean-Paul Fournier  • Corentin Corger

Pour les stades, notamment Kaufmann et les Antonins, une réduction de 50 % de l’éclairage est prévue en avant-matchs et après-matchs pour les rencontres de football et de rugby en journée, et de 30% en nocturne. En parallèle, la Ville procèdera à l’extinction généralisée de l’éclairage des stades à 22h45. Dans les sites culturels comme les musées, le nécessaire maintien des conditions de conservation des œuvres imposent le respect des règles hygrométriques déjà existantes. De fait, il n’est pas envisagé de modifier les consignes de température. Dans les bâtiments scolaires, la température reste fixée à 19 degrés l’hiver et 26 l’été. De même dans les bâtiments municipaux, où il est interdit d’apporter son chauffage d’appoint.

« Pas évident de tenir tous ses projets »

Les panneaux publicitaires seront également éteints de minuit à 6h du matin. Dans le centre-ville à compter du 1er décembre, puis dans l’année 2023 pour tous les autres secteurs. Des projets d’installation photovoltaïque sont également prévus comme au centre technique municipal à Grézan (8 000 m2 en cours) et aussi des ombrières sur des parkings d’équipements publics ainsi que sur le site des services techniques municipaux, à Bompart.

Un plan ambitieux pour la municipalité afin d’économiser 1,3 M€, « on est optimiste même si ce n’est pas évident de tenir tous ses projets, confie le maire Jean-Paul Fournier. J’espère qu’il sera suivi d’effet par le personnel et part tous ceux qui peuvent contribuer à la sobriété énergétique. » Pour rappel, la patinoire éphémère ne sera pas installée pour les festivités de Noël et les illuminations s’arrêteront à minuit.

Corentin Corger

Nîmes

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais