Publié il y a 28 jours - Mise à jour le 25.05.2024 - Anthony Maurin - 3 min  - vu 500 fois

NÎMES Conseil municipal et vie politique de la cité

Le Conseil municipal de Nîmes du 25 mai 2024 (Photo Anthony Maurin)

Le Conseil municipal de Nîmes du 25 mai 2024 (Photo Anthony Maurin)

Pas de grande question, ni même de petite polémique lors de la séance du conseil de ce samedi 25 mai.

Le Conseil municipal de Nîmes du 25 mai 2024 (Photo Anthony Maurin)
Le Conseil municipal de Nîmes du 25 mai 2024 (Photo Anthony Maurin)

Comme toujours, c’est le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, qui a lancé les débats en rappelant les faits de la vie nîmoise depuis la dernière réunion en date du conseil. Depuis ? « Je tenais à exprimer ma satisfaction d'avoir signé le Contrat de sécurité Intégrée en présence de la secrétaire d'État, Sabrina Agresti-Roubache. Après trois ans d'échanges entre les services de la ville de Nîmes et de l'État, cette signature est une étape dans la reconquête républicaine. Parallèlement, j’ai pu signer le nouveau contrat de Ville. Il sera, pour les prochaines années, l'outil principal d'intervention de la politique de la ville en faveur des quartiers prioritaires nîmois. Comme je l'ai souligné lors de ces deux signatures, ces contrats ne constituent pas une fin en soi. Nous devons continuer à transformer ces engagements en actions concrètes. »

Et le maire de poursuivre en revenant sur l'agenda de ce début de printemps. Primafresca et le Printemps de l'Afición, puis, les Journées Romaines, la plus grande reconstitution historique d'Europe dédiée à l'Antiquité, qui ont attiré plus de 27 000 spectateurs dans les arènes. Il y a eu aussi le vernissage de l'exposition temporaire « Achille et la Guerre de Troie » au Musée de la Romanité.

Corrida de Garcigrande pour Sébastien Castella, Andrés Roca Rey et El Rafi (Photo Anthony Maurin)
No hay billetes pour ce cartel de luxe aux arènes de Nîmes (Photo Anthony Maurin)

« Enfin, comment ne pas parler de la feria de Pentecôte qui a été une véritable réussite. Corridas, bodegas, abrivados ont fait vibrer notre cité avec près de 1 250 000 visiteurs, un chiffre record. J'ai pu constater la ferveur populaire dans nos arènes, avec plus de 62 000 spectateurs, qui montre encore une fois l'attachement à nos traditions locales et à notre culture. La culture, c'est également l'art. »

Le maire a également salué les équipes sportives pour leurs très bons résultats. La victoire de l'USAM contre le PSG, la « belle saison » du RCN et le maintien en National du Nîmes Olympique sont des informations réjouissantes. « Je tiens aussi à féliciter Nicolas Rainville, membre de notre conseil, désigné meilleur arbitre de Ligue 2 cette saison. »

Sont aussi passés en revue, le 40e anniversaire de la présence de la 6e Brigade Légère Blindée à Nîmes, les arrivées des nouveaux palmiers de la place du Marché et de l'avenue Carnot mais aussi le 100e anniversaire de la section tchèque du lycée Alphonse-Daudet.

La ville de Nîmes a engagé d’importants travaux sur le stade dit du « complexe sportif Gaston Lessut » situé 102 rue Mascard, modifiant le terrain de jeu existant en un terrain de football synthétique.

Jean-Pierre Adams (Photo Nîmes Olympique)

Sur proposition du maire et afin de rendre hommage à l’engagement et l’investissement de Jean-Pierre Adams, il était proposé de dénommer cet équipement stade Jean-Pierre Adams. Né le 10 mars 1948 à Dakar, Jean-Pierre Adams a débuté sa carrière de footballeur professionnel à l’Entente Fontainebleau où il a joué en division 1. Il a ensuite rejoint le Nîmes Olympique, où il a fait les beaux jours de la défense au début des années 1970.

Défenseur central international français (22 sélections entre 1972 et 1976), Jean-Pierre Adams marque l'histoire de l'équipe de France par son association avec Marius Trésor, formant une charnière centrale défensive redoutable surnommée « la garde noire ». Il laisse un héritage important dans le monde du football. Jean-Pierre est décédé le 6 septembre 2021.

halle des sports nîmes façade

Restons dans le sport et passons à la halle éponyme ou plutôt au complexe sportif du Mas de Vignoles. Initialement, l’autorisation de programme du complexe sportif du Mas de Vignoles a été adoptée pour un montant de 21 250 000 euros. Pour des raisons d’évolution importante des indices de prix de la construction le coût des travaux doit être révisé. Il s’avère nécessaire de procéder à son actualisation.

Le programme « complexe sportif du Mas de Vignoles » verra donc son montant global porté à 23 196 390,06 euros, soit une augmentation de l’enveloppe initiale de 1 946 390 euros. Et le stade des Costières alors ? Nous reviendrons sur d’autres questions à l’ordre du jour dans de prochains articles.

Anthony Maurin

Nîmes

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio