Politique
Publié il y a 7 ans - Mise à jour le 19.03.2015 - thierry-allard - 2 min  - vu 133 fois

DÉPARTEMENTALES Bagnols : Alexandre Pissas passe à l’offensive pour son dernier meeting

Alexandre Pissas (à D, au micro), Sylvie Nicolle, Maria Seube et Laurent Nadal (de D à G), hier soir à la salle des Samouraïs, à Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le conseiller général sortant du canton de Bagnols, exclu du PS, tenait hier soir son dernier meeting avant le premier tour des élections départementales.

Une réunion publique qui se tenait à la salle de l’association les Samouraïs, « une salle parfaite, mais on aurait pu aller à la salle multiculturelle. Ça n’a pas été possible » a regretté Alexandre Pissas devant une assistance d’environ cent personnes, parmi lesquelles l’ancien premier fédéral du PS gardois Stéphane Tortajada.

« Un commentaire concernant nos collègues, nos concurrents »

Après un « bref instant de recueillement pour les deux jeunes de 25 ans qui nous ont quittés, l’employé municipal et la pompière », le maire de Tresques a affirmé « défendre les couleurs de la majorité départementale. »

Jouant la carte bagnolaise, l’élu a rappelé que « ça fait 33 ans que je suis à Bagnols », avant d'affirmer que « le Conseil général a alloué 27 millions d’euros de son budget aux trois collèges de la ville. »

Après avoir rappelé les compétences du département et défendu son bilan à l’image des réunions publiques précédentes, Alexandre Pissas est passé cette fois-ci à l’offensive, se permettant « un commentaire concernant nos collègues, nos concurrents des autres listes » et prévenant qu’il « n’attaquerait certainement pas les Hommes. »

« Quand on est en arrêt maladie, on ne peut pas faire de campagne électorale »

Le conseiller général a démarré par le FN : « que dire ? Même si j’ai un grand respect pour les élus, je ne comprends pas bien qu’un élu de Beaucaire vienne à Bagnols » avant de faire une lapalissade, affirmant qu’il « ne partage pas les idées du FN. »

Passant à la liste Front de Gauche, où « il y a des amis et des thèmes que je comprends », Alexandre Pissas a quelque peu oublié sa promesse de ne pas attaquer les Hommes en faisant une allusion au candidat PCF Mourad Abadli : « quand on est en arrêt maladie, on ne peut pas faire de campagne électorale. Mais chacun fait ce qu’il veut, ou ce qu’il peut. »

Est ensuite venu le tour de « la liste présentée par la mairie de Bagnols », comprendre celle investie par le PS et emmenée par les adjoints bagnolais Jean-Yves Chapelet et Emmanuelle Crépieux. « Je partage certaines de leurs analyses, mais je ne comprends pas très bien. Lorsque je les ai reçus à Tresques, Jean-Yves Chapelet m’a dit ‘Alexandre, je ne vais pas te présenter mon projet, c’est le même que le tien.’ A choisir, il vaut mieux l’original que la copie. »

Enfin, l’élu a terminé son passage en revue par la liste du « Bon Sens Gardois », dont il « ne comprend pas très bien le projet, un programme qui de façon absolue ne veut pas exercer la compétence générale (…) or les entreprises vivent à 70 % de la dépense publique ! »

« Nous avons trois priorités, a poursuivi Alexandre Pissas. Un l’emploi, deux l’emploi et trois l’emploi. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais