Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 21.06.2024 - Coralie Mollaret - 1 min  - vu 834 fois

ÉDITORIAL La drôle de campagne des candidats Horizons

« Cachez cette Majorité présidentielle que je ne saurais voir » aurait pu dire Tartuffe, s’il avait participé aux Législatives 2024. 

Cette campagne des Législatives 2024 est, en tous points, surréaliste. Arrêtons-nous, aujourd’hui, sur le parti Horizons et ses deux candidats gardois. Poussée par Yvan Lachaud, Sophie Pellegrin-Ponsole se présente sur la deuxième circonscription. Sur la troisième, c’est l’adjoint à la sécurité de Bagnols, Christian Baume qui part défendre les couleurs d’Édouard Philippe. Oui, oui, nous parlons bien d’Édouard Philippe et plus du tout de la « Majorité présidentielle » et, encore mois, d’Emmanuel Macron ! D’ailleurs, lorsqu’Objectif Gard a publié les noms des candidats au scrutin des 30 juin et 7 juillet, certains nous ont réclamé avec insistance d’enlever le label « Majorité présidentielle » à côté d’Horizons ! Alors avec panache, Christian Baume tente de justifier : « Qu’est-ce que ça veut dire Majorité présidentielle aujourd’hui ? De quelle majorité parlez-vous ? L’Assemblée nationale a été dissoute. » On rêve... Après quelques relances : « Oui, nous faisons partie d’un bloc central dans lequel d’accord, il y a Renaissance, mais pas que… » Et d'embrayer plutôt sur l’avenir : « Nous soutenons Édouard Philippe à la Présidentielle 2027 ». Rien que ça… Il aura donc fallu une grosse claque aux Européennes et un Emmanuel Macron détesté de beaucoup de Français pour enterrer « le Macronisme ». Celui que le même Édouard Philippe a défendu bec et ongles lorsqu’il était Premier ministre, celui que continue à défendre le ministre Horizons de la Transition écologique, Christophe Béchu, sans oublier leurs députés qui ont voté la grande majorité des textes du Gouvernement. Voilà donc l’état de la Macronie aujourd’hui. Sur la première circonscrption en revanche, la Nîmoise Valérie Rouverand sauvera peut-être l'honneur avec ses tracts "Majorité présidentielle". Même si, pour la photo, elle a préféré mettre la bobine de Gabriel Attal plutôt que celle d'Emmanuel Macron... 

Coralie Mollaret

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio