Santé
Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 27.12.2022 - Norman Jardin - 2 min  - vu 1422 fois

FAIT DU SOIR À Congénies, l’appel au peuple pour trouver un nouveau médecin

Le docteur Peytavin prend sa retraite, il faut lui trouver un remplaçant

- Photo : Norman Jardin

Avec le départ du docteur Peytavin, Congénies va débuter l’année 2023 sans médecin généraliste. Pour lui trouver un remplaçant, le professionnel et la municipalité se démènent mais la mission n’est pas si simple.

Après quinze années de bons et loyaux services à Congénies, le docteur Marc Peytavin, 67 ans, va prendre une retraite bien méritée dans quelques jours. Jusque-là, rien d’exceptionnel. Mais cette fin d’activité laisse une chaise vide, celle du médecin généraliste de ce village de 1 700 âmes situé au cœur de la Vaunage. Il faut maintenant trouver un remplaçant - ou une remplaçante - à celui qui œuvrait aussi à Aigues-Vives, Aubais, Gallargues et Sommières et ce n’est pas chose facile. Les Congénois vont devoir se trouver un nouveau docteur dans les communes voisines.

Fabienne Dhuisme, la maire de Congénies, lance un appel au peuple pour trouver un nouveau médecin • Photo : Norman Jardin

C’est là que l'affaire se corse car ils sont rares à accepter les nouveaux patients et la nouvelle génération de professionnel n’est pas forcément attirée par les désagréments du métier. « Aujourd’hui, les jeunes ne s’installent plus seul car ils veulent pouvoir instaurer des roulements avec un collègue », explique Marc Peytavin qui cherche la perle rare pour prendre sa place. Même parmi les remplaçants, il n’y a pas de volontaire pour prendre la suite. Un gros problème pour la commune : "À court terme, nous n’avons pas de locaux pouvant accueillir plusieurs docteurs et nous n’avons pas de foncier. Mais nous ne sommes pas un désert médical, car il y a la maison de santé de Calvisson à trois kilomètres », souligne Fabienne Dhuisme, maire de Congénies.

La salle d’attente du cabinet médical va rester vide pour débuter 2023. • Photo : Norman Jardin

Le centre du village voit donc disparaître un service essentiel. Un coup dur pour Congénies qui, sans médecin, perd un peu de son attractivité. « Je lance un appel au peuple. La commune est agréable, il y a une grande clientèle, on n’est loin de rien. Nous avons le massif forestier et du calme, beaucoup d’activités sportives. Si j’étais médecin, je trouverais que c’est bien de travailler ici », estime Fabienne Dhuisme. La Vaunage va devoir séduire un médecin en 2023 et ce sera le grand défi de la commune de Congénies.

Norman Jardin

Santé

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais