Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 07.04.2024 - Anthony Maurin - 2 min  - vu 1973 fois

NÎMES Du nouveau à la Polyclinique Grand Sud

La Polyclinique Grand Sud

La Polyclinique Grand Sud

- Photo d'illustration. Facebook Polyclinique Grand Sud

Nouvelle prise en charge par sonde laser pour soigner les pathologies anales à la polyclinique Grand Sud.

À la polyclinique Grand Sud à Nîmes, les patients peuvent désormais bénéficier d’une nouvelle technique par sonde laser pour venir à bout des kystes sacro-coccygiens (au sommet du pli des fesses) et des hémorroïdes. Encore peu répandue en France, cette approche innovante offre la possibilité de diminuer significativement la période de cicatrisation et les douleurs post-opératoires.

Fort d'une expérience de plusieurs années dans l'application de la technique par sonde laser en Belgique, le Dr Pierre - Arnaud Wuidar, chirurgien viscéral et digestif, l’introduit désormais à la polyclinique Grand Sud.

La Polyclinique Grand Sud
La Polyclinique Grand Sud • Photo d'illustration. Facebook Polyclinique Grand Sud

Le kyste pilonidal, souvent douloureux et gênant, a traditionnellement été traité par une exérèse radicale, entraînant une récupération prolongée et des soins complexes. La nouvelle approche au laser consiste à émettre une chaleur à 360° sur les parois du sinus, sans exérèse du sinus pilonidal. La procédure, d’une durée de 15 à 45 minutes, permet de stimuler la cicatrisation pour une obstruction progressive de la cavité, évitant ainsi de grosses plaies, des méchages et des soins post-opératoires.

Les hémorroïdes, une affection courante chez les 40-65 ans, peuvent également être traitées avec la sonde laser. L’énergie chaude du laser détruit/oblitère les vaisseaux responsables du développement des hémorroïdes, entraînant un rétrécissement fibrotique et une réduction du tissu hémorroïdaire.

Photo d'illustration d'un bloc opératoire (Photo Anthony Maurin).

Les techniques habituelles sont efficaces, mais entraînent des douleurs importantes en post-opératoire, une convalescence de deux à trois mois ainsi qu’un arrêt d’un mois. Mais avec cette technique novatrice, le patient se remet mieux de l’intervention. « Il s’agit d’une procédure indolore qui permet une récupération rapide, une préservation des tissus sains et des soins post-opératoires minimes », précise le Dr Wuidar. Les interventions au laser, le plus souvent en ambulatoire, sous anesthésie générale ou loco-régionale, permettent un retour aux activités professionnelles en seulement 7 à 10 jours, réduisant ainsi considérablement l’arrêt de travail.

Depuis l’arrivée du Dr Pierre-Arnaud Wuidar le Dr Emanuele D’Errico, chirurgien viscéral et digestif a été formé et entame la chirurgie par sonde laser. La Polyclinique Grand Sud offre désormais une alternative révolutionnaire aux traitements traditionnels des kystes sacro-coccygiens et des hémorroïdes.

Anthony Maurin

Santé

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio