EconomieEconomie.

MUSÉE DE LA ROMANITÉ À NÎMES : LE NOUVEAU DÉFI DES ARCHITECTES ÉLISABETH & CHRISTIAN DE PORTZAMPARC

Christian de Portzamparc et son épouse, un couple d'architectes et urbanistes ont été sélectionnés par le jury par la réalisation du Musée de la Romanité à Nîmes. Photo DR/

Trois cabinets d'architectes majeurs étaient en course pour décrocher le contrat du projet nîmois, le Musée de la Romanité. Les trois concurrents, Élisabeth & Christian de Portzamparc, Rudy Ricciotti et Richard Meier & Partners Architects, sélectionnés par le jury* parmi une liste longue de 103 dossiers, avaient été retenus au mois d'août 2011 pour leurs références de créatives et contemporaines et leur capacité à concevoir une muséographie innovante.

Ce jeudi 26 avril, le jury présidé par Jean-Paul Fournier, sénateur-maire de Nîmes, a passé une nouvelle étape en désignant le grand gagnant, il s'agit d’Élisabeth & Christian de Portzamparc. L’avis du jury permettra à ce grand cabinet d'architecte de lancer les procédures administratives nécessaires, qui aboutiront à la présentation de l’équipe et du projet retenu au Conseil Municipal du 30 mai prochain.

Élisabeth & Christian de Portzamparc, un couple d'architectes urbanistes installé à Paris, ont un palmarès très impressionnant. Parmi les plus beaux prix qu'ils aient pu recevoir suite à leur réalisation architecture, citons le prix Pritzer remis par la Fondation Hyatt en 1994 à Christian de Protzamparc, premier Français à l'avoir obtenu. Et puis, en 2004, les architectes ont reçu le Grand Prix de l'urbanisme.

Connus à travers le monde grâce à de nombreux projets -- Musée Hergé à Louvain-la-Neuve en Belgique, logements et centre commercial "De Citadel" à Almere aux Pays-Bas, la Philharmonie Luxembourg, l'ambassade de France à Berlin en Allemagne, la Tour LVMH à New-York aux États-Unis et la Cité de la musique à Paris etc -- les deux architectes se sont donc attaqués au projet ambitieux du Musée de la Romanité. Un lieu de rencontres, d’animations, d’expériences technologiques situé à quelques pas des Arènes de Nîmes dans lequel le public pourra admirer des vestiges romains remarquables tels que les deux mosaïques découvertes en 2007 lors des fouilles du chantier Jean Jaurès : la mosaïque d’Achille (51m²) et la mosaïque de Penthée (35m²). Les travaux devraient débuter dans les premiers mois de l'année 2014.

Pour le moment, impossible de savoir à quoi va ressembler ce Musée de la Romanité signé Élisabeth & Christian de Portzamparc. Mais dès le 1er juin, le Musée de la Romanité sera présenté à la population dans le hall de Carré d’Art. Patience donc.

*Composition du jury

Président du Jury : Monsieur Jean-Paul FOURNIER, Sénateur Maire de Nîmes

Jean-Daniel Valade, adjoint au maire délégué à la culture et à la tauromachie

Mary Bourgade, adjointe au maire, déléguée au tourisme

Jacques Perotti, adjoint au maire, délégué à l'urbanisme et à la rénovation des quartiers

Patricia Fourquet, adjointe au maire, déléguée à l'aménagement numérique et aux technologies de l'information et de la communication

Lucienne Sans, adjointe au maire, chargée des quartiers Mas de Mingue Courbessac, déléguée aux foires et marchés.

M. Deschamps, directeur de la Direction Régionale des Affaires Culturelles du Languedoc-Roussillon, DRAC Languedoc Roussillon

Mme Collerais, vice-présidente déléguée à la Culture, Conseil Régional Languedoc Roussillon

M. Malaveille, vice-président délégué à la Culture, Patrimoine et aux Grands Sites, représentant du Conseil Général

M. Dauge, sénateur, Maire Adjoint de Chinon

Mme Darde, conservatrice du Musée Archéologique de la Ville de Nîmes

M. Fanzutti, architecte

M. Rossel, membre de l’UNTEC

M. Capelier, architecte DPLG

M. Dreyfus, architecte des Bâtiments de France, Service Départemental de l’Architecture et du Patrimoine du Gard

M. Fontenas, architecte Conseil du Ministère de la Culture, Service des Musées de France

M. Mounis, ingénieur en Chef hors classe, INSA génie urbain, Directeur Général Adjoint, Nîmes Métropole

M.Morel, président Régional de l’Union National des Syndicats Français d’Architecture, Architecte DPLG, Urbaniste

Vous aimeriez aussi

6 réactions sur “MUSÉE DE LA ROMANITÉ À NÎMES : LE NOUVEAU DÉFI DES ARCHITECTES ÉLISABETH & CHRISTIAN DE PORTZAMPARC”

  1. Chers membres du jury,

    Je suis sûre que la tâche a été dûre, la délibération difficile, et la décision houleuse.
    Avant même d’avoir connaissance des trois projets que j’espère vous exposerez, et de juger moi-même, en tant que citoyenne nimoise, de la qualité réelle de leurs contenus, je tiens à exprimer ceci.

    Elisabeth et Christian de Portzamparc sont certainement des architectes français de grande qualité, tout comme Rudy Riciotti, Grand Prix National d’Architecture, nous le savons.

    Néanmoins, peut-être pouvons nous ensemble ouvrir un livre d’histoire de l’art et de l’architecture et nous questionner sur l’intérêt stratégique des candidatures proposées pour le patrimoine de notre ville, avant de les discréditer pour des raisons peut-être de nationalité ?
    Richard Meier, architecte américain, est fils de l’école du Bauhaus, avant-garde du design contemporain, il a mis en place, durant toute une longue carrière de projets internationaux, l’écriture de l’architecture moderne.
    Cet homme éminent, passionné, âgé aujourd’hui de 78 ans, dessine en participant à notre concours un de ces derniers projets.

    Posons-nous cette question : pourquoi ce grand architecte, mondialement connu et admiré par ses pairs, que Christian de Portzamparc et Rudy Riciotti qualifient très probablement de maître, participe-t-il aujourd’hui au concours d’un musée pour une ville comme Nîmes?

    Comment ne peut-on pas voir l’hommage de l’homme à l’histoire?
    Le face à face emblématique de celui qui a participé activement à l’écriture d’un demi-siècle d’architecture avec ses propres maîtres, les arènes de Nîmes, ce chef d’oeuvre d’architecture classique !

    Certains d’entre nous l’ignorent, mais aujourd’hui, partout dans le monde et aussi dans notre chère ville de Nîmes, dans nos écoles modernes, nos appartements contemporains, dans notre belle médiathèque dont nous sommes si fiers, les murs, les façades, les formes des bâtiments transpirent de l’influence architecturale de Richard Meier. Sans le connaître, nous côtoyons déjà Richard Meier, car il n’existe pas un architecte contemporain qui ne l’ai pas analysé, étudié et d’une certaine façon qui ne s’en soit pas inspiré.

    En tant que citoyenne nîmoise, je vous pose une seule question : avez-vous bien conscience de ce qu’inscrire Richard Meier, dans le patrimoine architectural de notre petite ville de Nîmes pouvait représenter ?

    Les mairies, les pouvoirs politiques, les hommes, disparaissent, l’architecture, elle, reste.

    J’espère que l’exposition des trois projets du concours vous donnera raison, qu’elle justifiera votre refus de la candidature de l’un des architectes les plus influents de ces 50 dernières années et que nous n’aurons pas en plus d’un chantier qui assurément sera fort onéreux, à nous cotiser pour vous offrir une collection de bonnets d’ânes.

  2. MMe,

    Les propositions des architectes sont anonymes. L’analyse est donc factuelle.
    Elle porte sur des critères d’intégration, d’architecture, de fonctionnalité et de qualité environnementale.
    Le principal pour qu’une ville soit fière d’un projet, c’est que ce dernier réponde à un cahier des charges.
    L’important n’est pas le nom de l’architecte mais bel et bien dans la qualité de son architecture.

    Cdl

  3. Bonjour,
    Pour qu’une ville soit fière d’un projet, il faut que la municipalité partage le projet avec ses habitants.
    Nous voulons voir les trois projets lauréats:
    merci d’avoir la courtoisie de les publier -a minima sur internet- !

  4. Selon le site de l’Unesco, textes normatifs 

    site http://portal.unesco.org/fr/ev.php-URL_ID=13134&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html

    « Recommandation révisée concernant les concours internationaux d’architecture et d’urbanisme

    27 novembre 1978

    III. JUGEMENT DES CONCOURS INTERNATIONAUX 

    7. Le jury devrait être compose, en majorité, de spécialistes qualifiés. 

    8. Le jury devrait comprendre parmi ses membres des personnes appartenant à des nationalités autres que celle du pays qui a organisé le concours. 

    IV. SUITES A DONNER AUX CONCOURS INTERNATIONAUX 

    12. Les résultats d’un concours international devraient être rendus publics et les projets soumis au concours devraient être présentés en exposition publique. 

  5. Bonjour,

    Je me joints aux témoignages ci-dessus et je vais même citer à nouveau le point numéro IV. du texte normatif de l’UNESCO:

    IV. SUITES A DONNER AUX CONCOURS INTERNATIONAUX

    12. Les résultats d’un concours international devraient être rendus publics et les projets soumis au concours devraient être présentés en exposition publique.

    En conséquence, il est de votre devoir de rendre publiques, et ainsi de partager avec les nîmois, les trois projets lauréats. Votre décision de les rendre anonymes est non justifiée.

    Merci donc de les publier.

  6. Bonjour, je ne remets pas en cause le choix du jury, même s’il est regretable que la population nimoise n’est pas été consultée.
    Cependant, dans l’ambiance délétère que la population entretient avec ses politiques, la mairie participerait à l’établissement d’un climat suspicieux en ne montrant pas les 3 projets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité