EconomieEconomie.

LANGUEDOC-ROUSSILLON : Les Travaux Publics, le béton commence à se fissurer

Le président de la FRTP, Jean-Pierre Crozel craint que le secteur perde jusqu'à 1 000 emplois en région d'ici la fin de l'année. Photo DR/

Jean-Pierre Crozel, président de la Fédération Régionale des Travaux Publics -- qui représente 500 entreprises et établissements qui emploient plus de 10 000 salariés -- lance un cri d'alarme concernant la situation préoccupante du secteur. "On observe une dégradation des indicateurs mesurant la conjoncture du secteur des Travaux Publics en Languedoc Roussillon depuis le début de l’année : les heures travaillées par les ouvriers permanents et intérimaires, les marchés conclus  et le chiffre d’affaires sont en baisse, précise-t-il avant d'ajouter : Les grands chantiers prévus en région (Contournement LGV Nîmes Montpellier et doublement de l’A9) n’auront pas d’effet significatif sur l’activité avant la fin 2013."

Le président de la FRTP pointe aussi du doigt "un allongement inquiétant des délais de paiement des clients publics : les exemples se multiplient de maîtres d’ouvrage publics qui paient avec retard leurs travaux. Conséquence immédiate de ce phénomène : la situation financière des entreprises se tend. Parallèlement à ces difficultés, l’assèchement du crédit aux collectivités locales se traduit par des annulations et des reports d’opérations."

Dans ce contexte, la FRTP LR revoit à la baisse les prévisions d’activité (hors assèchement du crédit bancaire aux collectivités locales) du secteur des Travaux Publics : elles se situent désormais  à – 3 % pour 2012 (au lieu de -1 % prévu en décembre 2011).

Devant les difficultés à mettre en place la nouvelle banque devant remplacer Dexia, la FRTP LR, en s’appuyant sur le précédent de la CAECL et sur un modèle qui existe dans de nombreux autres pays européens, demande d’urgence la mise en place d’une Banque d’investissement des collectivités locales.  Son actionnaire de référence serait la Caisse des Dépôts, son véhicule de financement du marché celui issu de Dexia, tout comme ses équipes de terrain qui, par leur connaissance des spécificités du marché local, sauront rapidement s’adapter aux besoins des collectivités.

La conséquence de l’absence d’une décision rapide sur le sujet sera une diminution drastique de l’investissement des collectivités locales et donc de la qualité des infrastructures, et du seul point de vue des entreprises de Travaux Publics la destruction de 500 à 1 000 emplois dans les 12 prochains mois dans la région. La FRTP LR a demandé à rencontrer tous les députés nouvellement élus de la région, afin de les alerter sur cet enjeu social.


Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité