Economie

BANQUE DE FRANCE La caisse de Nîmes visée par le plan de restructuration

Nicolas Resseguier, Directeur départemental de la Banque de France - Nîmes - Photo © objectifgard.com / MA

Le projet de modernisation du réseau lancé le 12 septembre par la Banque de France prévoit d’ici 2020 la suppression de 30 succursales (sur les 72 actuelles) dans le but de « faire des économies. »

Nicolas Resseguier, Directeur départemental de la Banque de France - Nîmes - Photo © objectifgard.com / MA

« La fermeture de la caisse de Nîmes au mois de juillet 2015 a bien été évoquée dans le cadre de ce projet de restructuration des services de la Banque de France, affirme Nicolas Resseguier, Directeur départemental de la Banque de France confirmant ainsi l’information révélée par nos confrères du Midi Libre. Mais pour le moment, rien n’est définitif, ce n’est qu’un projet qui est débattu au niveau national. La décision finale devrait être annoncée dans le courant du mois de février » , au terme du troisième comité central d’entreprise.

« La caisse a un rôle de grossiste qui trie puis redistribue les billets. Un travail qui peut être centralisé en région, à Montpellier (qui possède de grosse machines de tri) par exemple pour la caisse de Nîmes. » Car ces succursales dont l’existence est aujourd’hui remise en cause, engagent beaucoup de frais pour la Banque de France : « Coût du bâtiment, du personnel des caisses à proprement parler ainsi que de l’agence de surveillance. » Bref, tout un investissement qui peut impacter sur le dividende et l’impôt sur les sociétés versés à l’État, soit près de 3 milliards d’euros en 2011. Une somme importante redistribuée aux collectivités pour financer leurs projets, tout domaine confondu.

Bien sûr, les organisations syndicales qui ont appelé à la mobilisation à la fin du mois de septembre, trouveront l’argument faible compte tenu des quelques « 2.000 emplois menacés » en France à cause de ce plan de restructuration (chiffre donné par les syndicats CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, Solaires, SYNDICAM et UNSA). Sur ce point Nicolas Resseguier a tenu à faire valoir les « nombreux départs en retraite » des agents tandis que « d’autres pourront être repositionnés à Montpellier ou encore à Avignon. Mais je tiens à réaffirmer qu’il ne s’agit que d’un projet. »

Stéphanie MARIN

stephanie.marin@objectifgard.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité