Economie

GALLARGUE Le « Non » de la CNAC au village de marques, c’est « la victoire du commerce de proximité » pour la CCI de Nîmes

Henry Douais présente le plan 2012-2015 de la CCI Nîmes

Le président de la CCI Nîmes Henry Douais réagit à la nouvelle qui vient de lui être communiquée par le préfet : la commission nationale d’aménagement commercial (CNAC) qui s’est réunie hier à Paris a confirmé le vote départemental de la CDAC en disant « non » au projet de village de marques de Gallargues, une décision en totale concordance avec les arguments et positions défendues par la CCI Nîmes.

« Nous sommes satisfaits de ce résultat, comme nous l’avons été pour celui, également négatif, de Fournès. Le bon sens économique, mais aussi environnemental, l’a emporté à nouveau. La mobilisation contre ce projet a été très forte, avec des soutiens écrits des CCI du Languedoc Roussillon, et notamment celles de Nîmes, Alès et Montpellier, du collectif interdépartemental présidé par Catherine Gerbaud qui rassemble plus de 5 000 commerçants, mais aussi d’élus de toutes tendances politiques, du Gard, de l’Hérault, du Vaucluse et des Bouches du Rhône, parlementaires français et européens, conseillers régionaux, de nombreux maires, comme l’a rappelé hier à Paris le vice-président commerce de la CCI Nîmes Jean-Michel Testard

Ce dossier n’était pas un projet de territoire mais un simple projet d’opportunité immobilière. Je crois qu’il est temps que les élus locaux prennent conscience de la réalité, cessent de se préoccuper de leur seul pré carré et changent d’échelle lorsqu’ils ont à donner une autorisation pour de telles implantations. A Gallargues, ils ont choisi la facilité en pensant pouvoir mener leur projet en catimini, en oubliant le développement durable, la saturation des réseaux routiers, la qualité et la pérennité de l’emploi, jusqu’à supprimer des terres cultivées, c’est dommage. Les instances départementales et nationales les ont justement sanctionnés.

De Nîmes à Montpellier, il s’est construit depuis 10 ans plus de 300 000 m2 de surfaces commerciales, dont une bonne partie concerne l’équipement de la maison, avec la présence de grandes enseignes. L’offre répond bien à la demande comme à l’accroissement de la population. D’ailleurs à Nîmes, le taux d’évasion commerciale est tombé à 12%, pourcentage que tous les experts s’accordent à considérer comme incompressible du fait de la progression de la vente sur internet et des déplacements domicile / travail.

Les villages de marques sont des centres commerciaux comme les autres. Ils ont plus de trente ans, ce sont des concepts obsolètes. Prétendre les rajeunir en les habillant en pastiche de village provençal alors que nous avons la chance d’avoir des cœurs de villages authentiques avec des commerces de proximité qui jouent un rôle à la fois économique et social, relève de la supercherie. L’appellation de «tourisme commercial » utilisé par les promoteurs est sans fondement. C’est juste du marketing pour faire oublier qu’il s’agit avant tout, en se mettant en sortie d’autoroute, de profiter des flux de touristes de passage en nuisant à l’économie local.

Je me réjouis d’ailleurs que les élus de Fournès, présents hier à nos côtés à la CNAC, aient pris la décision de changer leur fusil d’épaule pour s’engager dans un nouveau projet qui s’appuie sur les ressources locales avec une véritable dimension touristique. Ce succès est à présent une exigence pour créer des projets structurants que nous accompagnerons. »

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

2 réactions sur “GALLARGUE Le « Non » de la CNAC au village de marques, c’est « la victoire du commerce de proximité » pour la CCI de Nîmes”

  1. Bonjour,
    Je suis contre pour être allée au village des marques aux environs du Perthus et je peux dire qu’il y a des articles de grandes marques, qui restent très chers et qu’il faut un porte feuille bien garni. Je n’ai rien acheté, et je dissuade les personnes qui croient faire des affaires. A moins bien sur de vouloir porter, ou avoir un sac ou autre parce que c’est la marque X ou Y . Merci de me donner l’opportunité de m’exprimer.

  2. Merci de permettre aux touristes d’aller dépenser leur argent en Espagne plutôt que chez nous
    La france est trop riche et l’emploi est trop pléthorique pour que nous saisissions les occasions qui se proposent à nous.
    Engageons nous fermement dans le 19 eme siècle c’est sur c’est comme ça que nous sauverons notre économie et nos emplois’
    La victoire des rétrogrades passéistes est pathétique pauvre de nous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité