PolitiqueSociété

BEAUCAIRE Comment améliorer le cadre de vie et l’habitat ? (3/4)

beaucaire-centreville

Concentration de logements sociaux et problèmes d'insalubrité… Dans le cadre du Contrat de ville de Beaucaire, les pouvoirs publics et bailleurs sociaux doivent relever le défi de la mixité sociale et du renouvellement urbain. État des lieux. 

Le "cadre de vie et l'habitat", est le deuxième pilier du Contrat de ville de Beaucaire. Avec le développement économique, ils participent tous deux à l'attractivité du territoire. Si les deux quartiers prioritaires du Contrat (centre-ville et La Moulinelle) ne bénéficient pas d'une convention dans le cadre du NPNRU*, la commune a été retenue dans la liste "complémentaire des quartiers éligibles au financement de l'ANRU".

Concrètement, "il n’y aura pas de démolition ou de construction. Des moyens un peu plus importants seront débloqués par les bailleurs (en contrepartie d'une exonération partielle de la taxe foncière, NDLR). Ces fonds serviront à réaliser des actions ponctuelles d’entretien et d’amélioration de l'habitat", note Habitat du Gard, qui possède 75% des logements sociaux de La Moulinelle et 43% du parc du centre-ville.

Développer la mixité sociale

La première problématique liée à l'habitat est connue : l'absence de mixité sociale. Aujourd'hui, Beaucaire regroupe 87 % des logements sociaux du territoire de la CCBTA*. Le quartier de La Moulinelle en concentre 508 contre 180 logements privés. En charge de la compétence habitat, la Communauté de communes élabore le PLH 2015-2020 (Plan Local de l'Habitat). Elle s'est fixée comme objectif la construction de 51 logements sociaux par an.

Avec la Conférence intercommunale du logement (coprésidée par le préfet et le président de la CCBTA), ils serviront de cadre pour diversifier l'habitat, comme le prône le Contrat de ville. Toutefois le territoire se heurte à une difficulté : "Nous avons des contraintes, certains communes comme Vallabrègues sont en zones inondables et il n'y a pas de foncier disponible", pointe le président de la CCBTA, Juan Martinez.

Équiper le territoire 

L'attractivité d'un quartier réside également dans ses infrastructures. Ce sont elles qui incitent les familles à s'y installer et, à défaut, à déménager. La ville, aux travers de ses compétences, peut participer à la création d'équipements et à la requalification des espaces publics. Actuellement, la commune étudie "la faisabilité de la réhabilitation ou de construction d'une nouvelle école dont le lieu d'implantation  sera un enjeu important", note le Contrat de ville. Quant à la CCBTA, elle a récemment lancé des études de faisabilité pour rénover le centre commercial de La Moulinelle.

Si la Région signe le Contrat, elle pourra* engager certaines actions autour de la desserte de ces quartiers en développant les transports collectifs ou durables. Par ailleurs, la CCBTA prévoit d'ouvrir, prochainement, dans le centre-ville un Centre d'interprétation de l'Architecture et du Patrimoine. Un "équipement culturel d'importance", note le Contrat de ville, pour appréhender l'histoire de Beaucaire, détentrice du label Ville d'Art et d'Histoire.

Lutter contre l'insalubrité

En matière d'habitat, la situation du centre-ville est inverse à celle du quartier de La Moulinelle. Sur les 3 200 logements, 359 sont sociaux et 2 800 sont privés. Pour ce territoire, la véritable difficulté réside dans l'insalubrité des logements : depuis 2006, 77 appartements ont fait l'objet d'un signalement pour logements indécents.

"Le secteur sauvegardé de Beaucaire permet aux particuliers de bénéficier d'aides dans la rénovation de leur habitat", note Juan Martinez, qui estime que ce dispositif n'est pas "suffisament connu du grand public". Enfin, les partenaires du Contrat sont invités à développer "les actions des associations de locataires pour la réduction des incivilités". Un autre volet non négligeable.

Coralie Mollaret

Lire aussi : FAIT DU JOUR Les vrais enjeux du Contrat de ville de Beaucaire (1/4)

BEAUCAIRE Le développement économique, nerf de la guerre (2/4)

À suivre, un article sur le troisième pilier du Contrat de ville de Beaucaire : la cohésion sociale.

*Nouveau programme national de renouvellement urbain.

*Communauté de communes Beaucaire Terre d'Argence.

*Elle peut utiliser ses fonds européens (FSE et du FEDER).

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité