Société

ALÈS Loi travail et grandes vacances : quel avenir de la mobilisation ?

Entre 430 et 600 personnes ont défilé à Alès ce matin. EL/OG
Entre 430 et 600 manifestants à Alès ce matin. EL/OG

C'est un fait bien connu : en période de vacances scolaires, les mobilisations perdent de leur ampleur. On a pu l'observer lors des congés de Pâques. A Alès notamment, les lycéens ont préféré se mettre au vert et le mouvement est totalement retombé. Qu'en sera-t-il pour l'été ? La question reste ouverte.

Car, loin de répondre aux aspirations de la rue, le texte vient même d'être durci par le Sénat, majoritairement à droite. L'article 2, objet de la discorde a été voté, le verrou des 35 heures a sauté, offrent la possibilité aux entreprises de revenir à 39 heures, même sans accord salarial. Quant aux seuils sociaux, ils passent 11 à 20 salariés pour l'obligation de faire élire des délégués du personnel, et de 50 à 100 pour la création d'un comité d'entreprise.

Dans la capitale cévenole, pour la dernière manifestation de juin, ils étaient 430 selon la police, 600 selon la CGT, à défiler dans la rue ce matin. Parmi les C'est à peine un peu moins que jeudi 16 juin. Parmi les syndicats présents : CGT, FSU, FO, Sud Solidaires. "Nous ne lâcherons pas", prévient Force Ouvrière. "Malheureusement, à bientôt", annonce Bernard Coste, représentant CGT. De son côté, la votation citoyenne aurait récolté, selon la CGT, 800 000 signatures.

 

Etiquette

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité