Société

BAGNOLS Le projet de solidarité eau de Peuples Solidaires avance

Les membres de Peuples Solidaires Bagnols et Christophe Brossé du Programme Solidarité Eau, jeudi à l'issue de leur réunion (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Les membres de Peuples Solidaires Bagnols et Christophe Brossé du Programme Solidarité Eau, jeudi à l'issue de leur réunion (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Ce n’est pas parce qu’ils n’ont pas encore le feu vert de l’Agence de l’Eau que les bénévoles de Peuples Solidaires restent les bras croisés.

En effet, une réunion de formation était organisée jeudi en mairie par l’association, la mairie et Christophe Brossé du Programme Solidarité Eau sur le grand projet d’amélioration d’accès à l’eau potable du village Burkinabé de Boala porté par Peuples Solidaires Bagnols.

« Un projet qui n’a jamais été fait dans les villages de brousse »

"Christophe Brossé nous accompagne depuis le départ sur la façon de monter notre dossier", explique Aubin Gasset, permanent de Peuples Solidaires Bagnols. Un dossier qui a été déposé en avril dernier à l’Agence de l’Eau en vue de subventionner l’étude de réalisation du projet. En attendant d’avoir la réponse de l’Agence de l’Eau en septembre prochain, l’heure est donc à la formation : "les réflexions nécessaires pour organiser la gouvernance, répondre aux questions de la mairie, qui suit le projet, et rechercher des financements complémentaires", poursuit Aubin Gasset, ce qui complète les missions préalables déjà réalisées par l’association.

C’est qu’il s’agit d’un gros projet, bien plus important que les retenues d’eau, appelées boulis, que l’association est habituée à réaliser. "On veut y intégrer un aspect potabilisation, ce qui n’a jamais été fait dans les villages de brousse", note Aubin Gasset. La nouvelle installation serait destinée à la fois à la population, mais aussi dans deux parties séparées aux bêtes et au maraîchage. Et le fait qu’il s’agisse d’une retenue d’eau permet d’éviter les forages : "dans le cadre d’un programme national de gestion de l’eau, le gouvernement Burkinabé s’est aperçu que les nappes s’épuisent à cause des forages", explique la présidente de Peuples Solidaires Bagnols Ghislaine Pagès. "C’est aussi pour cette raison que le projet intéresse beaucoup le gouvernement du Burkina-Faso car on stocke l’eau de ruissellement."

Reste qu’il va falloir arriver à financer un projet qui coûtera plusieurs millions d’euros. Si tout va bien, ce bouli bien amélioré devrait voir le jour d’ici à trois ans.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

29 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close