Economie

RENCONTRES LEADER : Europe, coopération et projets à Port-Camargue

Pendant deux jours, Port Camargue a accueilli les premières rencontre nationales de la coopération Leader pour la période 2014-2020. L'occasion de faire le point sur la coopération rurale entre utilisateurs de fonds européens, souvent essentiels pour porter des projets importants en zone rurale

Christian Valette pour le département, Katie Guyot pour le Pays Vidourle Camargue, Hanane Allali pour le Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation, Jacques Bollegue, pour le GAL Garrigue /Costières et François Gallabrun, Leader France pendant la conférence de presse à Port-Camargue

Souvent, l'enveloppe de fonds européens fait déclic pour lancer un projet, qui peut être structurant pour bien d'autres sur un territoire. Peu connus du grand public mais très sollicités et chéris par les décideurs, les fonds européens de projets Leader encouragent depuis leur création des coopérations internationales et d'un territoire à l'autre. Plus de 650 animateurs de territoires travaillent en France à orchestrer la répartition des fonds et à faire émerger des projets.

Pas forcément visibles, sinon quand leurs réalisations locales émergent, les Groupes d'action locaux , répartis sur l'ensemble du territoire pilotent de nombreux projets, de manière discrète et efficace. En déplacements fréquents sur le terrain, les animateurs sont des techniciens polyvalents. Il résulte de leur travail et motivation un maillage assez efficace de "petits projets qui font sens", toujours en lien étroit avec l'identité territoriale. En France, c'est la cinquième génération qui émerge, par cycle de six ans. 340 Groupes d'actions locales sont soutenus dans le pays et 2000 partout en Europe. Les projets après trois ans de préparation entrent aujourd'hui dans le concret.

En Pays Vidourle Camargue, c'est une enveloppe supérieure à 2,2 M€ qui vient de l'Europe pour accompagner des projets variés sur le territoire. Les fonds FEADER restent les deuxièmes piliers de la Politique Agricole commune (PAC). Pêche, agriculture biologique, numérique, tourisme, traditions locales, voilà les thèmes retenus. Pour l'ex-région Languedoc-Roussillon, les fonds FEADER représentent 22 M€, on grimpe à 40 M€ pour l'ensemble de l'Occitanie et pour la France, on atteint 650M €.

"Ce ne sont généralement pas des projets de grande ampleur, mais on crée ainsi du capital social sur les territoires et un travail collectif, explique Katie Guyot. Certes, les citoyens ne savent pas exactement qui paye, mais une crèche de Calvisson n'aurait pas vu le jour sans l'apport de fonds européens. Les citoyens ne soupçonnent guère l'impact que l'Europe a sur leur quotidien" C'est aussi l'un des financements les plus simples à obtenir, même si les critères demeurent exigeants. Après les tables rondes qui ont tâché de faire rimer innovation, alimentation, coopération durable, du mercredi, les visites sur le terrain du jeudi ont été très appréciées des participants, venus de toute la France.

florence.genestier@objectifgard.com

Florence Genestier

Arrivée à Objectif Gard depuis juillet 2017, ma première carte de presse date de 1991 (si, si !). Née en Bourgogne, des études lyonnaises, quinze ans de PHR dans une région de montagnes, puis un détour par une mairie, la vie web d'associations et de projets sur Paris, Dijon, le sud Bourgogne, quelques chroniques judiciaires. Me voilà chargée de l'actu de la Petite Camargue :) de l'Espiguette jusqu'à Vauvert et au-delà. C'est sportif mais passionnant !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité