EconomiePolitique

DÉPARTEMENT Premier bilan positif pour le pacte conclu avec les entreprises

Debout, en costume bleu, le président du Conseil départemental entouré des 10 signataires dudit pacte, des représentants des chambres consulaires et des responsables de syndicats professionnels (Photo : Coralie Mollaret)

Chose promise, chose due : il y a un an, le président du Conseil départemental, Denis Bouad, promettait de faire un point d’étape sur son « pacte pour les entreprises ».

«  Quand le taux de chômage dans le Gard est à 12,6% et que nous avons plus de 30 000 bénéficiaires du RSA, on ne peut pas rester sans agir. » Tels sont les mots d’introduction du président socialiste, Denis Bouad, qui a fait un premier bilan du dispositif pour les entreprises, lancé l’an dernier.

Si sa collectivité a perdu la compétence Développement économique, le Conseil départemental reste le plus gros investisseur du Gard avec 120 millions d’euros, injectés en moyenne chaque année sur le territoire. Pour aider les entreprises gardoises à répondre aux quelque 400 marchés publics émis, les services départementaux ont réformé leurs procédures.

Quel dispositif ?

D’abord, le Département a mis en place le service « Dites-le nous une fois ». Sur une plateforme Internet, les chefs d’entreprises - qui ont déjà candidaté à un appel d’offres - n’auront plus à fournir tous les documents administratifs qu’ils ont déjà envoyés. Une base de données a été créée pour permettre aux services de récupérer ces données.

Concernant les avances faites aux sociétés, elles ont été généralisées à 20% du montant du marché. La collectivité avait également promis de faire des efforts sur les (fameux) délais de paiement, les entreprises n’étant pas vouées à faire la trésorerie du Conseil départemental.

Les retours

Délégué aux affaires juridiques, Sylvain Devidas dresse un premier bilan positif : « Deux tiers des marchés en volume financier sont attribués à des entreprises gardoises. Un euro sur trois bénéficie aux PME (Petite et moyenne entreprise) du Gard contre un euro sur sept en 2017. » Concernant les délais de paiement, « une facture sur deux est payée au-delà de 30 jours. » Sur les avances, 65% des entreprises de travaux la demandent en 2019 contre 51% en 2018.

Si des efforts ont été faits, « nous ne sommes pas au niveau de ce que nous voulons faire », a commenté Denis Bouad. Sur les avances, « nous pouvons aller plus loin » tandis que sur certains marchés comme le mobilier pour les collèges, « nous n’avons pas trouvé d’entreprise locale pour nous les fournir. » Rendez-vous l'an prochain pour un nouveau bilan. 

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com

 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité