A la unePolitique

NÎMES Pissevin : colère et désarroi des habitants face aux politiques

Organisée par le conseil citoyen, une marche a relié la poste à la mairie annexe en passant par la galerie commerciale Wagner (Photo : Coralie Mollaret)

Après la fusillade il y a 15 jours, les habitants du quartier se sont rassemblés cet après-midi. L’occasion d’exprimer leurs angoisses mais aussi leur colère aux élus et candidats aux élections municipales, venus en nombre. 

« C’est vrai, il y a presque plus de candidats aux élections municipales que d’habitants », acquiesce Ali Karim, commerçant à Pissevin et membre du conseil citoyen, à l’initiative de ce rassemblement. Il y a quinze jours, le quartier populaire nîmois faisait la Une des journaux, après une fusillade survenue en début de soirée. 

« On a peur. On est inquiets devant la dégradation des conditions de vie engendrant l’accroissement des violences », lance le quinquagénaire. Les larmes aux yeux, Ali Karim ajoutera même : « Je suis allé voir les anciens du quartier pour leur demander leur avis… Eux-aussi sont désemparés ! »

Lors de la marche en descendant dans la galerie Wagner (Photo : Coralie Mollaret)

Dans le cortège qui a relié le bureau de poste à la mairie annexe, beaucoup (vraiment beaucoup) de candidats aux élections municipales. Alors forcément, les langues se délient. Certains interpellent le maire, Jean-Paul Fournier. Le micro en main, Moustafa lance :  « S'il vous plait, aidez les gens ici ! On a peur pour nos enfants ! Nous aussi, on paie des impôts comme le foncier qui est même plus cher qu’à Feuchères, alors que nous ne sommes pas à Feuchères ! »

Moustafa : « Nous aussi, on paie des impôts ! »

Plus tard, un ancien habitant du quartier est plus virulent : « Nous n’en serions pas là si la municipalité avait fait son travail ! C’est bien de faire des travaux mais la sécurité a été oubliée ! » Certains organisateurs tentent de faire retomber la tension. Aucun n'élu n'a pris la parole, à la demande du conseil citoyen. À la fin du rassemblement, Jean-Paul Fournier interrogé dira toutefois que « les choses ont été faites comme la rénovation de la médiathèque, de l’école Henry-Wallon… Mais bien sûr, on peut toujours faire plus. » 

Le maire de Nîmes interpellé par un ancien habitant du quartier (Photo : Coralie Mollaret)

Dans son discours, Ali Karim fait part des doléances du conseil citoyen : organisation d’une réunion avec la préfecture, ouverture d’un commissariat et le maintien des effectifs de police dans le quartier. Une présence qui rassure, qui dissuade mais qui, pour autant, endiguera-t-elle le problème ? « Il ne faut pas oublier la prévention et l’accompagnement des publics en difficultés », glisse l'élue départementale Amal Couvreur. L’insécurité, une hydre à plusieurs têtes qu’il faut couper une par une… 

CM

coralie.mollaret@objectfigard.com 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

3 réactions sur “NÎMES Pissevin : colère et désarroi des habitants face aux politiques”

  1. Bien évidemment, élection municipale oblige, nous étions tous présents à l’appel du comité organisateur de ce rassemblement qui avait pour but d’alerter sur la situation sécuritaire.
    J’ai écouté et entendu des prises de parole qui en disent long sur le désarroi de certains. Ils nous demandent d’agir, vite, avec eux, pour stopper la spirale dans laquelle les habitants s’enfoncent chaque un peu plus…jusqu’où ?
    « Je ne veux pas organiser une marche blanche » souligne un intervenant. Nous en sommes là.
    L’état se désengage partout. Les moyens n’y sont plus et les collectivités territoriales ne peuvent prendre le relais, soit, mais il y a des choses à faire. Investir dans la vidéo-surveillance et assurer la présence d’une police municipale 24/24 avec les moyens matériels adaptés pour reprendre les zones mètre carré par mètre carré avec le soutien de la population.
    Les candidats du Rassemblement National avec Yoann GILLET ont la volonté de la faire.
    Si les Nîmois le veulent, LE COURAGE D’AGIR sera une réalité,
    Il paraît qu’impossible n’est pas Nîmois. Le défi est lancé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité