ActualitésPolitique

GARD RHODANIEN La piscine de Laudun encore absente des débats du conseil d’Agglo

La piscine de Laudun est fermée depuis septembre 2018 pour des raisons de sécurité. (Marie Meunier / Objectif Gard) 

Le dépôt d'une motion le 23 janvier par le maire de Laudun-l'Ardoise, Yves Cazorla, n'y suffira pas. Aucune délibération du conseil communautaire de ce lundi 2 mars ne portera sur la piscine de Lascours. L'équipement couvert est fermé depuis septembre 2018 pour des raisons de sécurité. 

La ville de Laudun-l'Ardoise souhaite que la communauté d'agglomération prenne en charge la gestion et l'entretien de la piscine. Puisque les équipements sont utilisés par "les communes alentours, les écoles primaires, les collèges" et sont donc "en pratique, d'intérêt communautaire", a écrit Yves Cazorla sur le courrier adressé à Jean-Chritian Rey, le président de l'entité.

Mais ce dernier est formel : la piscine de Lascours ne sera pas à l'ordre du jour du dernier conseil communautaire de la mandature qu'il veut "sans questions polémiques". Et ce, pour plusieurs raisons : "Le 16 novembre, on a décidé de monter un groupe de travail sur la piscine. On tourne beaucoup avec l'Agglo. On va dans des endroits où il y a un centre aquatique et où la situation ressemble à la nôtre et on compare. On s'est rendu à Château-Thierry (Aisne), à Gruissan (Aude)... Prochainement, on ira à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme). Le déficit de ces piscines va de 600 à 800 000 €. Tous ont rattaché les bassins à des espaces bien-être, sauna, jacuzzi, hammam, etc. et donc à un système qui crée de l'argent. Nous, on continue le travail avant de se positionner, de savoir si on s'oriente loisir ou pas."

Et Jean-Christian Rey de poursuivre : "La deuxième raison est que la conférence des maires du 3 février, réunie en amont du conseil, était à l'unanimité pour que les votes concernent des sujets qui ne vont pas faire stagner ou bloquer les partenaires ou l'institution elle-même. Et donc, il n'y aura pas de questions polémiques." Le président de l'Agglomération du Gard rhodanien ajoute : "Dans le règlement intérieur, le conseil peut statuer ou pas pour mettre à l'ordre du jour ou mettre un groupe de travail." C'est donc la deuxième option qui a déjà été choisie. Il précise : "Je ne veux pas que l'Agglo serve aux enjeux électoraux. Il faut respecter la souveraineté de la commune et ne pas s'immiscer dedans. Les élections sont dans deux semaines, ce n'est pas sérieux d'en parler maintenant."

Le président espère que ce dernier conseil de la mandature sera "le plus apaisé possible". À l'ordre du jour, figurent aussi plusieurs attributions de subventions mais aussi des cotisations à plusieurs associations pour assurer leur bon fonctionnement, en attendant le vote du budget. La validation du contrat "Territoire d'industrie Gard rhodanien-Pont du Gard" sera aussi évoquée. Ce dernier comprend plusieurs fiches actions pour recruter, innover, attirer et simplifier les projets industriels du territoire. Il sera aussi question du SCoT (schéma de cohérence territoriale) qui approche sa forme définitive. L'enquête publique vient d'être clôturée. Restent les dernières finalisations et pour cela, l'Agglo a besoin de signer une convention cadre du partenariat avec l'AURAV (Agence d'urbanisme Rhône-Avignon).

Marie Meunier (avec Th.A)

La réponse d'Yves Cazorla : 

C'est un maire "en colère" qui s'exprime suite à la décision de Jean-Christian Rey de ne pas mettre la question de la piscine couverte à l'ordre du jour du dernier conseil communautaire de la mandature. Pour le maire de Laudun-l'Ardoise, il ne s'agit rien de moins que d'un "abus de pouvoir" du président, qui "passe outre" le règlement intérieur. Estimant que le sujet n'est "pas politique", Yves Cazorla accuse par contre Jean-Christian Rey d'en avoir fait, de la politique, en 2018, en soutenant son adversaire Philippe Pecout.

Le maire de Laudun-l'Ardoise rappelle qu'un groupe de travail existe déjà, "avec la préfecture, la Direction départementale de la cohésion sociale et la Fédération française de natation", groupe auquel Jean-Christian Rey n'aurait participé "qu'une seule fois, pour le critiquer avant de partir en claquant la porte." Le groupe de travail "made in Agglo" serait donc, pour Yves Cazorla, une manière de "gagner du temps".

"Il se moque de moi", commente-t-il, tout en rappelant que la motion qu'il proposait avait "seulement pour but que de permettre aux élus de se positionner, sans s'engager." Une situation qu'Yves Cazorla "n'admet pas". En conséquence de quoi, il a décidé de déposer un recours en référé au tribunal administratif. "J'espère qu'on aura la réponse d'ici lundi", ajoute-t-il, avant d'estimer, une nouvelle fois, que Jean-Christian Rey "ne respecte pas la démocratie." 

Le conseil communautaire se déroulera ce lundi 2 mars, à la salle des fêtes de Carsan, à partir de 18 heures.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité