A la uneActualitésPolitique

SAINT-LAURENT-D’AIGOUZE Thierry Féline : « Après la crue centennale, la crise sanitaire ! »

Thierry Féline et ses adjoints ont été élus ce samedi. (Photo DR)

Au cours d'un conseil municipal d'investiture à huis-clos, Thierry Féline a été élu maire de Saint-Laurent-d'Aigouze. Il succède à Laurent Pélissier, qui reste pour quelques semaines encore, président de la Communauté de communes Terre de Camargue. Le nouveau maire revient pour Objectif Gard sur les dossiers chauds à venir. 

OG : Quelles ont-été les délibérations de ce conseil municipal d'investiture ? 

Thierry Féline : J'ai d'abord été élu maire à la majorité. Je me suis abstenu au moment du vote tout comme les trois élus de l'opposition. Catherine Thibaut, la tête de liste de "Ensemble pour Saint-Laurent", a officialisé sa démission. Elle est donc remplacée au conseil municipal par la 4è personne de l'équipe. Nous avons également voté pour le nombre d'adjoints. Ils sont six : trois nouveaux venus - la 1ère adjointe Laure Perrigault-Launay, le 2nd adjoint, Guy Coste, et le 4è adjoint, Didier Roy - une ancienne conseillère d'opposition, Évelyne Féline, qui occupe le poste de 3è adjointe, et deux anciens de la majorité de Laurent Pélissier, Laure Marcon, qui conserve ses délégations aux affaires scolaires, et Rodolphe Teyssier, qui s'occupe toujours de la communication et du développement durable. Les délégations attribuées aux quatre premiers adjoints seront divulguées prochainement.

Comment avez-vous vécu ces deux mois de confinement et l'impossibilité de prendre vos fonctions ? 

La situation était inconfortable, autant pour Laurent Pélissier que pour moi. On a appliqué la loi. Je suis resté en dehors de la gestion de la commune mais il m'a tenu informé régulièrement. Nous avons de bons rapports et tout s'est passé dans la sérénité.

Vous avez été maire de Saint-Laurent-d'Aigouze entre 2001 et 2008. Reprendre les rênes de la commune en pleine crise sanitaire doit être particulier pour vous...

Vous savez, quelques mois après avoir été élu maire pour la première fois, j'ai eu à gérer la crue centennale du Vidourle avec une commune sinistrée. Et cette fois, c'est la crise sanitaire. On peut dire que je suis gâté pour mes débuts de mandats. Plus sérieusement, je pense qu'en deux mois on a pu réfléchir et prendre les mesures pour travailler sereinement. On est moins dans la précipitation qu'en 2002.

Quels vont-être les prochains enjeux pour la commune et les premiers chantiers de la nouvelle équipe municipale ? 

Pour l'heure la priorité est de suivre de près l'évolution de la crise sanitaire qui impacte l'ensemble des services municipaux. On a l'avantage d'avoir un budget qui est déjà voté, c'est plus confortable pour démarrer le mandat. Dans les jours à venir, il faut absolument intervenir au niveau des espaces verts et de la végétation qui a aussi bien envahi le milieu rural que le milieu urbain. Nous souhaitons aussi rénover un certain nombre de trottoirs détériorés du centre-ville, sans nuire à leur authenticité. Certains chemins ruraux nécessitent eux-aussi une réfection rapide. Enfin, nous devons mener une réflexion sur l'aménagement la ZAC des Grenouilles.

Souhaitez-vous succéder à Laurent Pélissier à la présidence de la Communauté de communes Terre de Camargue (CCTC) ? 

Je l'ai dit, je suis prêt à le faire. Il faudra qu'on discute avec le maire d'Aigues-Mortes Pierre Mauméjean et celui qui sera élu au Grau-du-Roi pour prendre la meilleure décision.

Propos recueillis par Boris Boutet

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité