A la uneActualitésSociété

NÎMES Un Conseil municipal tranquille mais aux multiples sujets

Le Conseil municipal du 26 septembre 2020 (Photo Anthony Maurin)

Les élus nîmois se sont réunis ce samedi 26 septembre en matinée pour évoquer quelques sujets d’intérêt.

Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes, lance le Conseil municipal long de 66 questions à l’ordre du jour avec un petit point sur la situation du moment. Après un rappel concernant les intempéries et leurs récents dégâts dans notre département, " Je suis prêt, dès le prochain Conseil municipal, et dès que ces communes auront fait le lourd bilan de cette catastrophe et de leurs besoins, à soumettre au vote un soutien financier exceptionnel d’un montant d’a moins 50 000 euros. Nous avons tous, ancré en nous, le souvenir d’octobre 1988 et de la solidarité nationale dont notre ville a bénéficié. "

Autre sujet plus que d’actualité, la sécurité avec la réunion parisienne qui réunissait la députée Françoise Dumas, le président de Nîmes métropole Franck Proust, l’adjoint nîmois à la sécurité Richard Schieven et le Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin pour évoquer la problématique nîmoise.

Gérald Darmanin a, pendant plus d’une heure, écouté la synthèse des préoccupations des Nîmois. Sans prendre d’engagement ferme hormis l’affectation de 13 policiers supplémentaires pour le mois de janvier 2021. Je solliciterai une hausse de nos effectifs lors de la venue de Gérald Darmanin à Nîmes en octobre prochain. "

Enfin, la situation sanitaire a été évoqué et le maire a demandé à Christophe Madalle, directeur général des services, de rester vigilant et de se tenir prêt à toute éventualité en fonction de l’évolution de la situation. " Je souhaite m’adresser aux Nîmoises et aux Nîmois, nous sommes tous responsables de notre santé et, aujourd’hui plus qu’hier, de celle des autres " a conclu le maire de Nîmes.

Photo d'illustration (Photo Archives Corentin Corger)

Chauffage urbain, CRC et DSP

66 questions à l’ordre du jour, c’est parti et c’est au tour du chauffage urbain et de sa gestion inspectée par la Chambre Régionale des Comptes d’être analysés.

La Ville a signé en juin 2013, avec la filiale dédiée Nîmergie de Dalkia, un nouveau contrat de Délégation de service public d’une durée de 25 ans. Cette année, Nîmes a fait l’objet d’un contrôle de la Chambre Régionale des Comptes du Languedoc Roussillon concernant sa gestion du réseau de chauffage urbain pour les exercices 2013 et suivants. Pour le maire Jean-Paul Fournier, « Ce rapport est plutôt bon. »

Mais pour l’élue de l’opposition de gauche, Sylvette Fayet, " C’est un outil précieux qui mérite toute notre attention et ces recommandations doivent être prises très au sérieux car il fait baisser la facture pour les usagers. Déléguer un service public nécessite aussi un contrôle des agissements du délégataire.  87,6 % des bailleurs estiment que le réseau primaire est vétuste et qu’il faut faire des travaux. Pouvez-vous faire un point concernant l’extension du réseau car la capacité actuellement produite permet d’élargir le périmètre actuel. "

En effet, le coût du mégawatt/heure baisse de 9 %. Pour Pascal Gourdel, adjoint aux finances, " On peut ne voir que le négatif mais aussi que le positif ! Cette nouvelle DSP a apporté d’importantes améliorations comme la baisse de la facture pour les usagers mais aussi la baisse des gaz à effet de serre de plus de 50 %. Pour la mise en œuvre d’un contrôle interne, nous avons pris acte de cela et nous souhaitions réorganiser le service d’ici la fin de l’année avec un agent dédié à ce suivi. Concernant la communication, nous avons bien répondu à la CRC mais elle n’a pas su le voir ! Nous devons avoir une meilleure signalisation mais le rapport de 2018 est visible et accessible sur le site Internet. Enfin, la commission des abonnés sera mise en place avec plus de formalisme mais les perspectives de développement du réseau apparaissent favorables. "

La signature avec Dalkia en date de 2013 (Photo Archives OG).

Extension du Parnasse et nouveau stade des Costières

En 1993, nous inaugurions le Parnasse car Nîmes est une terre de handball. Lors de la dernière campagne municipale j’avais pris comme engagement devant les Nîmois de moderniser de nombreux équipements sportifs. Trois mois après le second tour, je tiens cet engagement et je demande au Conseil municipal de voter la délibération visant à lancer le concours de maîtrise d’œuvre, première étape de cette transformation " avouait le maire de Nîmes.

Le but de cette fameuse transformation est d’augmenter la capacité d’accueil des tribunes et d’améliorer la fonctionnalité́ des espaces pour les utilisateurs. Coût estimé du projet situé entre 18 et 20 millions d’euros. Concernant les Costières, stade du Nîmes olympique qui doit être vendu, détruit puis reconstruit par Rani Assaf le président du NO, " Les discussions se poursuivent et nous pensons passer un accord prochainement " a affirmé Jean-Paul Fournier.

Le Parnasse (Photo Archives Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité