A la uneActualitésPolitique

FAIT DU SOIR Reconfinement : les réactions des politiques gardois

Capture d'écran DR

Ce mercredi soir, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé le reconfinement national à compter de vendredi.

Une mesure en vigueur jusqu’au 1er décembre, prise en raison de l’accélération soudaine de l’épidémie de coronavirus. Tour d’horizon des réactions des femmes et hommes politiques gardois.

Laurent Burgoa, sénateur du Gard :

« Le Président de la République vient d’annoncer un nouveau confinement jusqu’au 1er décembre prochain compte tenu de l’évolution préoccupante de la diffusion du Covid sur tout le territoire national.

La Santé de nos concitoyens doit être notre priorité et notre principale préoccupation. Les Écoles de la crèche au lycée seront ouvertes ,les visites en Epadh autorisées malgré l’application des gestes barrières risquent cependant de permettre au virus de continuer à circuler. Les bars et restaurants ainsi que les établissements recevant du public non indispensables resteront fermés ce qui est dramatique pour les chefs d’entreprise et leurs salariés. Les élus locaux vont être encore sollicités vu l’expérience de leur efficacité lors de la première vague Covid même s’ils ne sont pas toujours reconnus par l’Etat

Notre santé doit s’améliorer mais notre Économie va une nouvelle fois être au ralenti aggravant l’état de nos finances  C’est notre dernière chance ! Le Président aurait dû reconnaître des erreurs dans la gestion du déconfinement ce qui aurait rendu son discours plus humain avant de demander des efforts supplémentaires à nos concitoyens. »

Vincent Bouget, secrétaire départemental du Parti communiste français :

« Au vu des chiffres et de la spectaculaire augmentation de la circulation du virus, le reconfinement était écrit. L’heure n’est pas à la polémique mais on ne peut s’empêcher de regretter profondément le manque d’anticipation, de cohérence et d’efficacité des mesures prises depuis l’été, même si l’augmentation de la circulation du virus surprend tout le monde. C’est une nouvelle épreuve pour nous tous, notamment pour les plus fragiles, les plus isolés, les plus précaires… La priorité absolue doit être la protection de la santé de nos concitoyens, comme la sauvegarde de notre système de santé. Il n’y a sans doute malheureusement pas d’autres choix. Pour autant c’est un confinement assoupli, alors que la deuxième vague semble plus forte, et nombreux sont celles et ceux qui vont continuer à travailler… Il faut aussi les protéger… Les premiers de corvée sont à nouveau en première ligne et ils doivent absolument faire l’objet de toutes nos attentions. Il faudra aussi trouver les moyens de sauver tous ceux, petites entreprises, commerçants, acteurs culturels… qui risquent de payer très cher cette nouvelle période.

Il est nécessaire aussi de penser dès maintenant à la suite, de prévoir la sortie de confinement pour éviter que l’histoire ne se répète indéfiniment. Plus que jamais la protection des plus fragiles, la solidarité, la justice et l’équité doivent être notre boussole. »

Gilbert Collard, député européen :

« Quelles que soient les critiques que l’on peut faire de la gestion de l’épidémie qui éclatent dans le rapport du général Richard Lizurey, ex-numéro 1 de la Gendarmerie, et dans le retard coupable dans la création de lits de réanimation, l’heure est tout de même au patriotisme sanitaire. On peut déplorer une communication erratique, un manque de courage dans la vérité, une impréparation continue et un aveuglement scientifique effrayant. Qui pouvait croire que le virus allait plier bagage ! »

Thierry Procida, conseiller départemental :

« Nouveau Confinement National : Il aura, espérons le, des effets bénéfiques pour la santé, mais nous pouvons craindre les effets délétères pour l'économie et le moral de nos concitoyens.

Même si cette annonce a un goût amer, essayons d’être tous responsables afin de pouvoir juguler ce virus ! Courage à tous, une pensée particulière à tous nos commerçants, artisans, restaurateurs et cafetiers qu'il nous faudra soutenir durablement ! »

Franck Proust, président de Nîmes métropole : 

« Cette décision était attendue. Rien n'est plus important que la santé de nos concitoyens. Faisons en sorte que cette crise sanitaire n'engendre pas de conséquences économiques et sociales profondes et irrémédiables.

Notre rôle, celui de tous les élus et personnel de Nimes Métropole, va etre d'accompagner au mieux, et dans la mesure de nos moyens, les entreprises de nos territoires. »

Annie Chapelier, députée de la 4e circonscription du Gard :

Philippe Berta, député de la sixième circonscription du Gard : 

« Une réaction rapide et vigoureuse était devenue indispensable. Comme l’a indiqué notre Président, malgré nos efforts collectifs, la vitesse de circulation du virus est au-delà de toutes les projections et cette seconde vague pourrait s’avérer plus meurtrière que la première.

Nous devons rester unis et engager toutes nos forces, y compris localement, pour la protection de la population. N’oublions pas que le virus fait des victimes de tout âge et que nous n’avons pas, à ce jour, le recul nécessaire pour en mesurer les séquelles de long terme, y compris pour les plus jeunes.

Le confinement que nous débutons demain soir comporte des adaptations, tirées des enseignements de ce que nous avons connu au printemps. Elles sont les bienvenues et permettront une continuité de l’enseignement, une sauvegarde de notre économie et la conservation du contact avec nos aînés.

Je retiens deux formules prononcées par Emmanuel Macron « la période est difficile mais elle est un révélateur de ce que nous sommes, des hommes et des femmes liés les uns aux autres » et « nous nous relèverons si nous sommes unis et nous seront unis ». J’en appelle à chacune et chacun d’entre vous pour, avec esprit de responsabilité et attention à ses proches, à participer de cet effort national. »

Vivette Lopez, sénatrice du Gard :

Des semaines difficiles s’annoncent. Plus que jamais, je me tiens à votre disposition avec mon équipe parlementaire afin...

Publiée par Vivette Lopez sur Mercredi 28 octobre 2020

Robert Crauste, maire du Grau-du-Roi et président de la Communauté de communes Terre de Camargue : 

« La forte progression de l’épidémie nous contraint à accepter ce nouveau confinement. En tant que maire et président de la communauté de commune, accompagné par les élus et les agents des collectivités nous allons nous mobiliser pour prendre notre part à la protection de la population. Nous allons êtres présents en première ligne pour assurer le services publics de proximité, pour assurer la sécurité et les meilleures conditions d’accueil des enfants dans les crèches et les écoles. Pour livrer et servir les repas. Pour protéger et accompagner nos aînés à l'EHPAD. Nous nous mobilisons pour amortir les conséquences économiques et sociales. Nous allons faire face grâce à nos forces qui seront celles de chacun et de chacune réunies. En tant que médecin je participerai à la réponse et à la coordination sanitaire avec mes confrères et tous les soignants. »

Françoise Dumas, députée de la première circonscription du Gard : 

« Ce soir, Emmanuel Macron a annoncé le retour d’un confinement aménagé pour protéger nos concitoyens et donner un coup de frein à la propagation du virus. Le Président de la République a exposé avec discernement et lucidité la nécessité de renforcer les mesures de restrictions pour endiguer cette 2ème vague.

L’heure est grave. La situation sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 s’est rapidement détériorée ces dernières semaines dans notre pays comme partout ailleurs en Europe. La moitié des lits de réanimation sont aujourd’hui occupés par des malades de la Covid et la situation menace d’empirer lors des prochaines semaines, à des niveaux jusqu’ici jamais atteints, pas même lors du pic de l’épidémie au printemps dernier.

Cette situation exige la plus grande responsabilité de la part de chacun d’entre nous. J’en appelle à la mobilisation de tous les citoyens pour respecter les limitations de déplacements et les gestes barrières jusqu’à la généralisation du vaccin, seule solution pour enrayer, à terme, cette pandémie mondiale. Grâce à notre civisme, nous soutiendrons et protégerons nos soignants qui sont en première ligne depuis de nombreux mois et qui, malgré la fatigue, continuent de lutter pour la santé des Français. Nous n’avons jamais minimisé ce qu’il se passait, ni les conséquences économiques de l’adoption de l’état d’urgence. C’est pourquoi, en tant qu’élue de la majorité, je serai mobilisée derrière le Gouvernement afin de protéger les emplois, les indépendants et les entreprises.

La France est en guerre contre la COVID-19. Elle fait bloc, unie et indivisible. Dès demain, je serai présente à l’Assemblée nationale pour débattre des mesures qui seront mises en œuvre pour lutter contre ce virus et protéger les Français. »

Jean Denat, premier fédéral du Parti socialiste : 

« Ce soir, nous sommes lucides, réalistes mais aussi en colère. Les masques sont tombés. Le Président de la République dans son long propos introductif a décrit une situation sanitaire hors de contrôle avec près, de plus de tel: 70000 contaminations par jour, suivant les tests effectués, et certainement beaucoup plus dans la réalité. Le manque de concertation est criant, et le retard de diagnostic lui incombe donc. Le manque d'anticipation est évident, même si le caractère fulgurant est indéniable.

Dans cette situation le confinement total et strict était de fait inévitable. Nos pensées vont ce soir aux commerçants de proximité, aux restaurateurs, aux cafetiers et autres indépendants qui vont connaître à nouveau l'angoisse et la peur de disparaître. Nos pensées vont aussi aux plus précaires qui vont à nouveau souffrir du manque de lien social qui souvent est leur seule bouffée d'oxygène. Nos pensées vont enfin à toutes celles et tous ceux qui vont dans des conditions  extrêmes assurer la résistance de notre système de santé.

La seule éclaircie, si elle en est une, c'est la continuité scolaire qui cette fois-ci ne pâtira pas de cette décision radicale. Nous voilà donc à la veille de quatre semaines cruciales pour la lutte contre ce virus et pour la préservation de notre nation. Ne nous résignons pas ! Faisons en sorte de ne plus courir après ce virus et luttons ensemble en respectant ces mesures, si dures soient elles. Restons solidaires avec notre économie locale et ne cédons pas aux sirènes de la toile. Il en va de notre avenir. Enfin préparons ensemble les jours d'après pour lesquels notre investissement et notre solidarité seront indispensables. »

Anthony Cellier, député de la troisième circonscription du Gard : 

« La crise du coronavirus a connu ces dernières semaines un essor tout à fait spectaculaire, inattendu dans son ampleur. Cette poussée fulgurante touche l’Europe toute entière, et la situation impose une réponse d’envergure, et ce de toute urgence. A cet effet, Le Président de la République a annoncé la mise en place d’un confinement national pour une durée d’un mois et cela à compter de demain soir minuit. Cette mesure se justifie pour protéger chacun d’entre nous, en priorité les plus vulnérables. Elle se justifie pour préserver les professionnels de santé mobilisés depuis de nombreux mois. Elle se justifie parce que c’est le meilleur moyen d’endiguer cette épidémie. L’impact du confinement, sur notre société notre économie, nos entreprises, est colossal mais nous affronterons et dépasserons cette épreuve avec civisme, responsabilité et sang-froid.

L’heure n’est pas à la polémique ou aux commentaires politiques comme je peux le lire déjà, il y aura un temps pour le bilan.

L’heure est, plus que jamais, au rassemblement des Françaises et des Français, soyons unis et solidaires face à cette crise, c’est aussi cela les valeurs de la République, c’est aussi cela la France. »

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

1 commentaire sur “FAIT DU SOIR Reconfinement : les réactions des politiques gardois”

  1. « Notre rôle, celui de tous les élus et personnel de Nimes Métropole, va etre d’accompagner au mieux, et dans la mesure de nos moyens, les entreprises de nos territoires. » »
    Les entreprises ! C’est tout ce qui vous intéresse dans votre région, Monsieur Proust ! Pas un mot pour tout ceux qui travaillent, y compris en risquant leur peau, y compris pour la Métropole. Je ne vous félicite pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité