A la uneActualitésFootballNîmes OlympiqueSports Gard

FAIT DU JOUR Nîmes Olympique : Franchir le cap de Lorient pour voguer en eaux plus calmes

En s'imposant chez un concurrent direct au maintien, Nîmes aborderait avec sérénité la série de quatre matches à disputer avant la trêve.

À Lorient, la bataille s'annonce rude (Photo Anthony Maurin).

Si l'embarcation nîmoise se rapproche dangereusement des eaux troubles de la zone rouge, elle a l'opportunité cet après-midi (15h) de se remettre à flot sur le terrain du FC Lorient, pour la 14e journée de Ligue 1. Un succès chez un concurrent direct qui serait forcément précieux dans la quête du maintien même si Nîmes est privé de trois de ses meilleurs matelots : Birger Meling, Lucas Deaux et Andrés Cubas. 

"Personne ne joue sa tête dimanche", a déclaré Loïc Féry, à nos confrères de Ouest-France cette semaine. Le président du Football Club de Lorient a certainement voulu rassurer son entraîneur avant ce match crucial face à Nîmes, dans la course au maintien. Christophe Pélissier a quand même du souci à se faire, car en football un coach n’est jamais autant menacé que lorsqu’il vient d’être confirmé par son président. Au-delà des ces considérations irrationnelles c’est surtout la situation actuelle qui doit inquiéter du côté des Merlus. Avec seulement deux victoires obtenues (3-1 face Strasbourg et Reims) en treize journées et aucun but marqué lors des six dernières, le promu breton a le profil idéal pour un retour illico à l’étage inférieur.

Alors à Nîmes d’en profiter et d’enfoncer un peu plus un rival pour le maintien avec la possibilité de prendre six points d'avance sur lui au classement. Même si les Crocos sont dans une situation bien plus enviable que leur adversaire du jour, ils connaissent également une période difficile. Une seule victoire et seulement deux buts marqués lors des sept derniers matches, le NO glisse dangereusement au classement pour se retrouver seizième. Certes c'est suffisant pour remplir la mission du maintien, mais nous n'en sommes pas encore à la moitié de cette saison. "On est dans notre championnat, on est 16e de Ligue 1. Je ne comprends pas pourquoi les gens s’affolent. Mon président ma demandé d’avoir trois équipes derrière moi, on n'est pas moins bien loti que les autres. On se bat avec des équipes qui ont beaucoup plus de budget que nous", tient à rappeler et clarifier Jérôme Arpinon.

"On ne fermera pas, on part là-bas avec des ambitions"

Il est vrai que l'espoir de voir un exploit face à Monaco (3-0) et Marseille (2-0) était faible mais face à l'avant-dernier la donne change forcément. D'autant plus que les écarts se sont resserrés dans le bas du classement. Il n’y a que trois points qui séparent Nîmes (16e) de Dijon (20e et dernier). Cela veut dire que les Gardois peuvent se retrouver relégable en cas de défaite à Lorient, si Strasbourg et Reims font un résultat positif respectivement face à Metz et Reims. À l'inverse, les Rouges peuvent remettre l’église au centre du village en s’imposant au stade du Moustoir comme ils ont su le faire à Montpellier et à Reims, deux adversaires théoriquement plus coriaces. Et même si la notion de jouer à l'extérieur est galvaudée par l'absence du public, néanmoins Nîmes réussit mieux loin des Costières où elle a glané ses deux derniers succès et se classe 11e sur le classement particulier.

Les attaquants nîmois à l'image de Renaud Ripart vont devoir trouver des brèches dans la défense bretonne pour retrouver le chemin des filets  (Photo Anthony Maurin).

Mais pour gagner, il n'y a pas à tortiller il faut marquer. Ce qui n'est pas évident à réaliser pour la 19e attaque de Ligue 1 avec 11 buts inscrits soit un de moins que son adversaire. "C'est dur d'avoir la possession quand tu as un ratio de passes réussies assez faible", déplore Jérôme Arpinon quand on lui demande s'il compte être ambitieux dans le jeu pour faire déjouer les Bretons. Faut-il comprendre que sa stratégie sera plutôt de les attendre et de procéder par contre comme l'a fait Angers, dernier bourreau (2-0) de Lorient ? "On ne fermera pas, on part là-bas avec des ambitions", répond l'intéressé qui maintient le suspense. Pourtant au regard des statistiques, le promu a été supérieur dans la possession du ballon et en nombre d'occasions obtenues. Ce jeu-là demande donc une rigueur défensive irréprochable avant de pouvoir exploser en contre.

Là aussi ce n'est pas gagné car l'arrière garde nîmoise fait partie des quatre plus perméables de l'élite, comme celle des Merlus, avec 24 buts encaissés. Bonne nouvelle dans ce secteur, Nîmes enregistre le retour de son capitaine Anthony Briançon, absent depuis trois rencontres et qui sera associé avec Loïck Landre ou Florian Miguel. Puisque Pablo Martinez (fracture du sacrum) est forfait tout comme Birger Meling (ligament latéral interne du genou). Deux joueurs que l'on ne reverra pas avant 2021. Le staff est surtout privé de ses deux meilleurs milieu de terrain : Lucas Deaux, victime d'une entorse à la cheville mardi à l'entraînement et Andrés Cubas, suspendu un match après avoir été exclu face à l'OM.

Retour de Benrahou titulaire ?

Pour ramener les trois points, les Nîmois vont devoir réaliser une première cette saison, s’imposer sans leur sentinelle paraguayenne. L'ancien joueur de Talleres (Argentine) a participé aux trois succès gardois et sans lui, les Crocos ont toujours perdu (2-0 à Bordeaux 2-0 et 1-0 face à Metz aux Costières). Ce sont donc Lamine Fomba et Matteo Ahlinvi qui vont devoir prendre leurs responsabilités dans l'entre jeu. En revanche, tout le monde est opérationnel en attaque ! Dans un système proche d'un 4-2-3-1, Jérôme Arpinon devrait en profiter pour relancer Yassine Benrahou, mis au placard les trois derniers matches. Si Zinedine Ferhat et Niclas Eliasson tiennent la corde pour occuper les ailes, la concurrence est rude pour évoluer en pointe de l'attaque. La preuve est en puisque Kévin Denkey ne fait même pas partie du groupe retenu.

Si l'incertitude est plutôt de rigueur, Renaud Ripart devrait néanmoins être aligné. Il reste l'unique buteur des deux victoires nîmoises à l'extérieur cette saison. Pour terminer sa prise de parole vendredi devant la presse, Jérôme Arpinon attend de son équipe d'afficher des caractéristiques qui sont lui chères : "courir et montrer un visage de conquérant." Une bonne base pour ramer jusqu'à la victoire qui n'est évidemment pas suffisante pour franchir le cap de Lorient et ainsi voguer en eaux plus calmes du moins jusqu'à la trêve. Côté Merlu, la seule absence marquante concerne le latéral droit Hoboulang Mendes qui vient de se faire opérer du genou. Christophe Pélissier peut surtout compter sur le retour des expérimentés Jérémy Morel et Thomas Monconduit. Le FC Lorient célèbrera dimanche son 500e match dans l’élite du football français. Espérons que du côté des Bretons, aux alentours de 17h, l’humeur ne soit pas trop à la fête.

Norman Jardin et Corentin Corger

Le groupe retenu : Reynet, Nazih - Burner, Alakouch, Briançon, Landre, Miguel, Paquiez, Guessoum - Ahlinvi, Fomba, Sarr - Benrahou, Ripart, Ferhat, Eliasson, Duljevic, Aribi, Koné, Roux. 

Le onze probable : Reynet - Burner, Briançon, Landre ou Miguel, Paquiez - Ahlinvi, Fomba - Ferhat, Benrahou, Eliasson - Ripart. 

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité