Alès-CévennesFaits DiversJustice

ALÈS Le chauffard, arrêté deux fois en deux mois en état d’ivresse, avait percuté plusieurs voitures

Le commissariat de police d'Alès. (Photo Tony Duret / ObjectifGard )
Durant sa garde à vue, Omar a détruit le matelas du commissariat de police d'Alès. (Photo Tony Duret / ObjectifGard )

En septembre et novembre 2020, Omar a fait parler de lui suite à des soirées durant lesquelles il mélangeait drogue et alcool avant de prendre le volant. Un cocktail qui ne lui réussit pas et qui l’entraîne devant le tribunal correctionnel d’Alès.

Le 22 septembre dernier, le conducteur d’une Kangoo est interpellé par les policiers d’Alès alors que le véhicule a fini sa route dans un rond-point. L’homme au volant, un certain Omar, 34 ans, empeste l’alcool qu’il a mélangé avec de la cocaïne. Quelques instants plus tôt, il avait percuté plusieurs voitures stationnées dans une rue alésienne. Si Omar n’a pas le choix de reconnaître qu’il conduisait sous l’emprise de stupéfiants et d’alcool, il profite de l’absence d’images de vidéosurveillance pour expliquer qu’il n’a rien à voir avec l’histoire des voitures percutées. Pourtant elles l’ont toutes été le même soir, à quelques mètres d’où il a été arrêté et, surtout, un témoin assure avoir vu « la Kangoo percuter quatre véhicules ». Mais Omar persiste : « Il n’y a pas de preuves que c’est moi qui ai touché les voitures. Il y en a qui en ont profité », accuse-t-il sans convaincre l’assemblée.

Placé en garde à vue dans la foulée, et plutôt de faire profil bas, Omar a ensuite détruit le matelas de la cellule du commissariat d’Alès : « J’étais un peu énervé : il n’y avait pas d’eau, pas à manger, pas de toilettes. Et j’avais froid ». Il explique donc avoir voulu transformer le matelas en sac de couchage. Enfin, deux mois plus tard, Omar est à nouveau arrêté au volant d’une voiture en état d’ivresse et sans assurance. « Mais j’ai changé depuis », assure-t-il. Le procureur d’Alès, François Schneider, n’y croit pas une seconde et explique pourquoi : « Il n’a pas de chance ce monsieur. J’étais de permanence ce week-end. Il a encore été placé en garde à vue pour avoir mis le feu à une poubelle. Il était complètement défoncé et s’est retrouvé nu avec de l’urine sur lui. Il avait pris du LSD. Alors venir m’expliquer aujourd’hui qu’il a changé, c’est vraiment se moquer du monde », dit-il avant de requérir 10 mois de prison avec sursis probatoire. La présidente, Manon Fauriel, prononce finalement une peine de 12 mois avec sursis, une amende de 300€, l’annulation de son permis de conduire et plus de 6000€ à rembourser aux différentes victimes.

Tony Duret

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité