Bagnols-UzèsPolitique

DÉPARTEMENTALES Uzès : Jacques Caunan et Frédérique Bonnefoy-Suavet veulent apporter « un nouveau souffle »

Les élections départementales se tiendront les 20 et 27 juin prochains. Sur le canton d'Uzès, quatre binômes se présentent. Parmi eux, Jacques Caunan, adjoint uzétien à l'Environnement, au cadre de vie et à la Politique de la ville, accompagné par Frédérique Bonnefoy-Suavet, élue à Montaren. Tous deux veulent défendre l'union de la droite et du centre.

Jacques Caunan, 74 ans, est adjoint au maire d'Uzès depuis 2014. Ancien président de l'association AVF et aussi d'une association de quartier d'Uzès, il est aussi responsable du parti Agir à échelle cantonale et de la circonscription. Décidé depuis quelques mois à être candidat aux départementales sur le canton d'Uzès, il a su convaincre en une heure, Frédérique Bonnefoy-Suavet, 42 ans, élue à Montaren, également présidente d'une association de parents d'élèves et assistante maternelle de métier.

Ils se sont entourés de deux suppléants : Déborah Astuto, 36 ans, habitante de Saint-Quentin-la-Poterie et présidente de l'association Treize'or des Ti'lions, et Jocelyn Portal, élu à Saint-Chaptes de 45 ans, en charge de l'urbanisme. Un casting étendu à toutes les communes, et pas seulement à la ville centre qu'est Uzès. "On voulait représenter tout le territoire et s'entourer de personnes compétentes", assure Frédérique Bonnefoy-Suavet.

Travailler main dans la main avec les maires du canton, quelle que soit la couleur politique

Il y a deux choses qui ont poussé Jacques Caunan à se présenter. Tout d'abord le fait que "la Gauche gère le Département depuis un demi siècle" et présente "un bilan catastrophique". Et parce qu'il y une chose qui lui est restée en travers, c'est que l'élue du canton "ait voté contre l'attribution d'une subvention de 1,2 million d'euros du Département pour la construction de l'Ombrière".

Le binôme souhaite développer encore plus la mutualisation entre les communes, notamment pour faire des économies. Leur première action au Département serait d'ailleurs de lancer un audit des finances pour voir exactement comment est réparti le budget. Il souhaite vraiment travailler main dans la main avec toutes les communes "quelle que soit la couleur politique". D'ailleurs le duo a déjà commencé à rencontrer les maires du canton.

Frédérique Bonnefoy-Suavet et Jacques Caunan veulent représenter l'union de la droite et du centre. Partis sans investiture, ils ont quand même recueilli les soutiens de Les Républicains, l'UDI et Agir et aussi l'appui du maire d'Uzès, Jean-Luc Chapon. En tant qu'adjoint uzétien, Jacques Caunan travaille déjà sur plusieurs dossiers comme la création du PNR des Garrigues, le développement d'aires de covoiturage et de points de recharge pour véhicules électriques... Il compte bien défendre ses dossiers également à échelle départementale s'il était élu.

Un retour aux 90 km/h sur les routes qui s'y prêtent

Le binôme, déjà impliqué au SICTOMU, veut aussi trouver des solutions collectives pour l'enlèvement et le traitement des ordures ménagères, dont les coûts subissent une forte hausse. "Il y a aussi un gros sujet sur l'emploi dans ce département où le chômage reste très élevé", atteste Frédérique Bonnefoy-Suavet. Elle prend pour exemple un dossier très local : la ZAC des Sablas à Montaren, actuellement bloqué par plusieurs actions en justice. "Cette zone peut créer de l'emploi et faire rester les entreprises du secteur. Sans cela, nos jeunes s'en vont. Le but c'est d'apporter une offre complémentaire aux commerces de centre-ville", insiste le binôme.

Ce dernier souhaite se battre pour que les services publics restent en ville et pour que les maisons médicales continuent de s'implanter sur le territoire. Côté sécurité, le duo envisage des subventions pour aider les communes à développer leur police municipale (notamment pour financer l'achat de véhicules). Et il n'exclut pas de revenir sur des routes à 90 km/h, quand les tronçons s'y prêtent.

Jamais élu à échelle départementale, le binôme veut apporter "un autre regard, un nouveau souffle". Il espère bien rafler ce canton d'Uzès et conserver celui de Nîmes 3 pour faire basculer la majorité départementale à droite. Est-ce que l'équipe fera la différence face aux trois autres binômes, dont l'un est conduit par Denis Bouad, sénateur et ancien président du Département, et Bérengère Noguier ? Est-ce que les hauts scores du Rassemblement national ne viendront pas supplanter tous ces efforts ? Réponses les 20 et 27 juin dans les urnes.

Marie Meunier

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité