GardJusticeNîmes

NÎMES Conducteur tué : Maxime, 28 ans, ne connaîtra jamais son enfant né deux mois après l’accident

(Photo d'illustration. Photo : SDIS 30)

Il a été percuté par un jeune conducteur qui prétend ne pas avoir vu le deux roues.

C'est un effroyable accident de la route qui est survenu le 26 août 2020. Et lorsque le président du tribunal correctionnel de Nîmes, Jean-Pierre Bandiera, fait le résumé de ce choc mortel, la mère de la victime, en pleurs, est obligée de sortir de la salle d'audience.

"Le choc a désintégré la victime. Il y avait des morceaux sur la chaussée", explique le président Jean-Pierre Bandiera.

Il est 16h25 lorsque un véhicule Kangoo professionnel essaie de dépasser une autre voiture. On est sur le chemin des Canaux à Nîmes, juste après le rond point de la Bastide, dans le sens Vauvert- Nîmes. Le conducteur, âgé de 22 ans, prétend ne pas avoir vu le scooter. Il double, il n'est pas dans sa voie de circulation et l'accident est immédiat. La victime, âgée de 28 ans, est décédée avant l'arrivée des secours.

" Comment avez-vous fait pour ne pas voir ce conducteur de scooter", interroge le magistrat. "Je ne sais pas. J'ai regardé trois fois, je ne l'ai pas vu", souligne le prévenu dont les analyses ont révélé qu'il n'avait pas bu et qu'il n'était pas sous l'emprise de stupéfiants. Un conducteur qui n'a jamais eu de problème jusqu'à présent avec la justice. Les trois témoignages d'autres conducteurs présents sur la route ce jour-là sont contradictoires et ne permettent pas de se faire une idée précise des circonstances du drame. "On ne connaît pas précisément le point d'impact. Les enquêteurs ne sont pas parvenus à le définir, cela pose un vrai problème", plaide l'avocat de la défense.

La maman de la victime approche de la barre: " Mon fils partait de chez lui pour aller chercher des clefs pour un chantier." Une mère de famille émouvante, d'une grande dignité, qui pardonne à celui qui a tué son fils unique. "Moi je vais voir mon fils au cimetière, mais lui il faut qu'il vive. Je lui ai pardonné", déclare entre deux sanglots cette femme brisée par la disparition de son fils unique. La victime, Maxime, 28 ans allait être père deux mois plus tard, il ne connaîtra jamais son enfant.

" Moi, ma cliente qui était la compagne de Maxime, n'a pas eu la force et le courage de venir aujourd'hui. Elle était enceinte de 7 mois lorsque l'accident a tué son compagnon. Elle n'est pas prête aujourd'hui à pardonner", ajoute un avocat des parties civiles.

Difficile de connaître les circonstances précises de cet accident et comment ce prévenu a pu ne pas voir le pilote du scooter alors que les conditions météorologiques étaient parfaites. Un jeune conducteur dont le permis n'a jamais été suspendu pour l'instant.

"Un dossier ou le malheur est de tout les côtés. On se retrouve dans une situation où il ne s'agit pas de délinquant. Ce garçon roulait à 80km/h, c'est à dire à la vitesse autorisée", estime l'avocat de la défense. Le tribunal a condamné le mis en cause à 12 mois de prison dont 6 avec sursis et la suspension de son permis de conduire pendant 6 mois.

Boris De la Cruz

 

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité