Alès-CévennesEconomieEnvironnementVidéo

DEAUX Avec le coup de pouce de l’État, la commune chouchoute ses écoliers

Le sous-préfet d’Alès, Jean Rampon (second en partant de la gauche), entouré du maire de Deaux et de ses conseillers. (Photo Corentin Migoule)

Au titre du plan « France relance », la petite commune de Deaux, située près de Vézénobres, a bénéficié des crédits de l’État dans le cadre du projet de rénovation de son école primaire. Habilement investis, ces 60 000 euros devraient permettre aux écoliers deauxois de mieux supporter les températures estivales.

Petite bourgade de 648 habitants située à une dizaine de minutes d’Alès, Deaux n’aurait peut-être jamais eu les moyens d’entreprendre la rénovation de son école primaire qui en avait pourtant grandement besoin. Le plan « France relance » et son volet dédié à la transformation énergétique de bâtiments scolaires l’ont rendue possible. C’est ainsi que pour un montant de 60 000 euros (hors taxes), avec un accompagnement de l’État à hauteur de 60%, la municipalité deauxoise a bichonné ses 37 écoliers.

L’école, construite en 1982, et qui n’avait pas connu de travaux depuis 2012, a en effet été largement revisitée. Pose de climatiseurs, isolation des plafonds, changement des menuiseries vieillissantes au profit de nouvelles adaptées aux normes en vigueur, et remplacement de l’ensemble des luminaires par des dalles Led moins énergivores, entre autres. « C’est une très bonne opération pour les finances de la commune, et c’est très bon pour la planète », savoure le maire, Didier Salles. Et ce dernier d’enfoncer : « On a fait faire une étude par un bureau spécialisé qui a estimé à 34% l’économie d’énergie générée par cette rénovation. »

Un réel gain acoustique

Recevant la visite du sous-préfet d’Alès, Jean Rampon, ce jeudi après-midi, Catherine Lanfranchi, qui vit sa dernière année en qualité de directrice de l’école avant une retraite bien méritée, a souligné son attachement à l’établissement : « On avait déjà une belle école. Cette rénovation c’est ce qui manquait pour que tout soit parfait. » Et Catherine Lanfranchi d’ajouter, insistant au passage sur le caractère nécessaire de la démarche : « Ma salle de classe étant exposée plein Sud, la température montait parfois jusqu’à 38 degrés en période de fortes chaleurs. »

« Les gamins n’en pouvaient plus. Le palliatif que nous avions trouvé, consistant à transférer les élèves vers le foyer climatisé les jours de canicule, n’était plus viable », poursuit Didier Salles. La visite du sous-préfet d’Alès, reçu par l’édile deauxois et son conseil, s’est ponctuée d’un détour par la classe triple niveau des CE2/CM1/CM2. Devant ses élèves curieux mais disciplinés, l’enseignante a relevé « un réel gain acoustique » depuis la rénovation, ce qui n’est évidemment « pas négligeable pour une école primaire ».

Corentin Migoule

Les entreprises bagardoises Dosière pour l’électricité et Brun Matériaux pour les menuiseries, l’entreprise JAD de Rousson pour le plafond et l’isolation : les artisans locaux ont été plébiscités pour ce chantier. 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité