Bagnols-UzèsEconomie

ROQUEMAURE À la cave Rocca Maura, on fait du vin mais aussi de la bière

La cave coopérative Rocca Maura a lancé sa propre bière au printemps : la Rocca Nostra. Trois recettes sont sorties depuis. (Marie Meunier / Objectif Gard)
En 2022, la cave coopérative Rocca Maura fêtera ses 100 ans d'existence. (Marie Meunier / Objectif Gard)

L'année prochaine, Rocca Maura fêtera ses 100 ans. Un anniversaire qui a fait réfléchir Olivier Mantovani, actuel directeur de la cave coopérative roquemauroise qui fédère 55 vignerons. Depuis le mois d'avril, la structure a le statut de "première cave vigneronne du Gard". 

Pour diversifier les sources de revenus des coopérateurs, la direction a décidé de lancer sa bière. "On s'est rendu compte que les productions en polyculture avait un modèle plus stable. C'est logique, il ne faut pas mettre tous ses oeufs dans le même panier", affirme Olivier Mantovani. Surtout à l'heure où les dérèglements climatiques sont de plus en plus fréquents et de plus en plus violents. L'idée est d'assurer un revenu aux vignerons quels que soient les aléas météo.

Il a fallu deux ans pour maturer le projet qui est désormais bien réalité. La cave a investi 100 000€ dans un nouveau matériel (notamment six cuves en inox), avec l'aide financière de la Région Occitanie. Au printemps, les deux premières bières sortent : une blonde et une pale ale à 2,90€ la bouteille de 33 cl. Elles sont plutôt douces et faciles à boire, pas du tout élitistes. Un peu à l'image des vins. Leur petit nom ? La Rocca Nostra. Un clin d'oeil à Cosa Nostra, la mafia sicilienne. Sauf qu'on est loin des réseaux mafieux mais au plus près des réseaux de vignerons.

Bientôt de l'orge made in Gard rhodanien

Fin-novembre, la cave a présenté la nouvelle venue : la bière ambrée, bien de saison. Une bière blanche pour le printemps et une brune pour l'hiver prochain sont aussi en préparation. Les premières bouteilles ont été produites à partir d'orge malté produit en France. Mais l'idée est d'utiliser des produits au maximum locaux. C'est pourquoi un des vignerons coopérateurs a semé 1,5 hectare d'orge brassicole qui pourrait donner 6 tonnes d'orge, soit 120 hectolitres de bière par an.

"120 hectolitres, c'est ce qu'on avait prévu de brasser au départ du projet. On va faire environ le double", se réjouit le directeur de la cave. La coopérative s'est rapprochée d’une houblonnerie alsacienne pour compléter son approvisionnement. Reste à découvrir les nombreuses idées qui vont pousser dans les mois à venir, peut-être l'ajout de mouts de raisin dans une recette ?

Marie Meunier

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité