ActualitésAlès-CévennesPolitique

ALÈS Pourquoi Arnaud Bord se met-il en retrait du « Printemps alésien » ?

(Photo Yannick Pons/Objectif Gard)
Les deux élus communistes, Jean-Michel Suau et Paul Planque, colistiers d’Arnaud Bord (au fond) au sein du Printemps alésien (photo François Desmeures / Objectif Gard)

Le premier fédéral du Parti socialiste, Arnaud Bord, n’a pas apprécié la modification de dernière minute, par ses colistiers, de la tribune libre d’opposition destinée au journal de la Ville.

C’était un chapitre de nos indiscrétions du dimanche (*). Arnaud Bord est venu le confirmer en préambule de son intervention lors du débat sur le budget primitif de la Ville, ce lundi soir. Le leader gardois du PS a déclaré se mettre en retrait des activités de son groupe, le Printemps alésien, le temps des élections du printemps « afin qu’aucune ambiguïté ne soit permise ». Le groupe compte deux élus communistes, deux élus de la société civile et lui-même.

Joint ce mardi, Arnaud Bord explicite sa position. « Nous étions convenus d’un sujet à traiter dans la tribune qui a été changé au dernier moment. » L’élu ne réagit pas uniquement au vice de forme : « Je n’étais d’accord ni avec le sujet, ni de la façon dont il était traité. » La pensée rédigée en forme de soutien à l’Ukraine et au peuple ukrainien avait laissé place au double langage attribué à Christophe Rivenq. « Ça fait suite à plusieurs alertes que j’avais données sur le fait que le groupe ne fonctionnait pas de manière démocratique », constate l’élu socialiste.

« Quand on mesure des cacahuètes et des chips… »

Cette discorde ne devrait néanmoins pas plomber l’union en cours de négociation pour les élections législatives de juin. « Elle se discute au niveau national », souligne Arnaud Bord qui a réaffirmé lundi soir, en séance du conseil municipal, son souhait de « représenter le pôle de gauche social, écologique et républicain […] dans le cadre d’un rassemblement ». En clair, Arnaud Bord souhaite l’union des forces de gauche mais ne veut pas confirmer l’adage « jamais deux sans trois », en étant obligé de se retirer une nouvelle fois au profit du candidat communiste, en l’occurrence son colistier du Printemps alésien Paul Planque.

« L’évolution présidentielle fait que l’accord devrait être annoncé entre les deux tours », croit savoir l’élu socialiste. Les scores des candidats respectifs pourraient-ils influer sur le choix du candidat ? Arnaud Bord a sa formule, en écho aux scores supposés d’Anne Hidalgo et Fabien Roussel dans les sondages : « Quand on mesure des cacahuètes et des chips… Personne ne pourra se dire hégémonique. »

François Desmeures

francois.desmeures@objectifgard.com

(*) https://www.objectifgard.com/2022/03/27/ca-reste-entre-nous-les-indiscretions-de-la-semaine-237/

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité