A la une
Publié il y a 4 ans - Mise à jour le 12.10.2018 - abdel-samari - 1 min  - vu 3195 fois

NÎMES Suppression du Ouigo : la réponse cinglante de Lachaud à la SNCF

Suite à notre article de ce jeudi concernant l'interruption du service de transport Ouigo à partir du 9 décembre 2018 à Nîmes, Catherine Bernié-Boissard n'a pas tardé à réagir. Le président de Nîmes métropole lui emboîte le pas.

Dans un courrier à destination du maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, et au président de l'Agglo nîmoise, Yvan Lachaud, la conseillère municipale et communautaire d'opposition s'alarme que "cette mesure" puisse être "un signe avant-coureur de la désaffection de notre gare centrale lorsque sera mise en service la gare de Nîmes Pont-du-Gard". Et en profite pour les informer avoir saisi les députés de la 1e et 6e circonscriptions du Gard.

Yvan Lachaud à Paris pour Les Ambassadeurs vient de s'exprimer par voie de communiqué : "Il est inacceptable que la SNCF supprime le OuiGo quotidien qui dessert la gare de Nîmes, et j’annonce que je suspends immédiatement les participations de Nîmes Métropole au financement du contournement ferroviaire si cette desserte n’est pas rétablie dans les meilleurs délais."

Et de rajouter : "dans un contexte où les pouvoirs publics ont investi 2 milliards d’€ pour contourner Nîmes et Montpellier, on voit bien que la tentation est grande pour la SNCF de réduire la desserte de notre territoire si nous ne l’équipons pas d’une gare située sur cette nouvelle ligne. Ce qui sera fait dès le 15 décembre 2019, date à laquelle 4 à 5 Ouigo  répartiront la desserte, chaque jour, sur les deux gares."

Enfin, de répondre à Catherine Bernié-Boissard : "elle prend peut-être ainsi enfin conscience de la nécessité de la Gare TGV Nîmes Pont du Gard."

Abdel Samari

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais