Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 21.05.2024 - François Desmeures - 2 min  - vu 747 fois

ALÈS Les syndicats au soutien des personnels de l'école Louis-Leprince-Ringuet

À la fin de l'année 2022, devant l'école Louis-Leprince-Ringuet, à la suite de la démission du directeur d'alors, qui avait déjà fait polémique

- François Desmeures

Par communiqué, le Snuipp-FSU, FO et Sud Éducation soutiennent l'équipe pédagogique de l'école Louis-Leprince-Ringuet, qui a dû s'inscrire dans le mouvement pour la rentrée prochaine à la demande des services de l'Éducation nationale. Ils s'interrogent notamment sur le rôle joué par la circonscription Alès 1 dans la décision du Directeur académique des services de l'Éducation nationale (Dasen).

À la fin de l'année 2022, devant l'école Louis-Leprince-Ringuet, à la suite de la démission du directeur d'alors, qui avait déjà fait polémique • François Desmeures

Deux rassemblements, fin avril et début mai (relire ici) et un courrier des parents non-élus plus tard (relire ici), le Dasen du Gard ne semble pas avoir infléchi la position qu'il indiquait, fin avril, à Objectif Gard (relire ici). C'est donc au tour des syndicats d'enseignants de prendre la plume, pour demander au Dasen de revenir sur sa décision. 

Snuipp-FSU, Sud Éducation et FO disent ainsi avoir "pris connaissance de l’intention du Dasen du Gard de procéder à des mutations dans l’intérêt du service de l’ensemble des enseignants de l’école Leprince-Ringuet d’Alès. Nous sommes inquiets de cette mesure collective prise sous couvert de l’intérêt des élèves."

Les syndicats en appellent "au respect des droits des personnels et de leurs conditions de travail. Quotidiennement, nous subissons le manque de personnels, d’AESH, d’enseignants spécialisés, de psychologues scolaires. Quotidiennement, nous portons l’école à bout de bras. Voir la hiérarchie se retourner contre les enseignants d’une école jugés seuls responsables de la situation est inacceptable. Nous considérons que ces méthodes sont maltraitantes et nous mettent dans une situation d’insécurité."

"Nous sommes des fonctionnaires d’État, nous devons pouvoir compter sur le respect de nos droits par la hiérarchie. Si des dysfonctionnements existent, les enseignants ne peuvent pas en être les seuls responsables : ils doivent en être informés et pouvoir se défendre le cas échéant. Cette situation nous interroge globalement sur le rôle de la circonscription d’Alès 1 dans la situation", suggèrent les syndicats. 

Qui demandent, en conclusion : "Nous refusons de vivre notre métier avec la pression supplémentaire que nous infligent ces techniques de management. Nous demandons au directeur académique de rétablir les bases d’une discussion sereine avec l’équipe Leprince-Ringuet en renonçant à prononcer cette mesure de mutation dans l’intérêt du service et en permettant aux collègues qui le souhaitent d’annuler leur participation au mouvement."

François Desmeures

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio