Actualités
Publié il y a 3 ans - Mise à jour le 28.01.2019 - coralie-mollaret - 2 min  - vu 911 fois

GARD Olivier Gaillard : « Pas de mea culpa sur les 80 km/h ! »

Olivier Gaillard. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Olivier Gaillard revient sur son parcours et sur sa première année de mandat à l'Assemblée nationale (Photo Élodie Boschet/Objectif Gard)

Six mois après l’abaissement de la vitesse à 80 km/h sur les routes départementales, nous retrouvons Olivier Gaillard. À l’époque, le député En Marche ! avait qualifié cette mesure de « bêtise ».

Objectif Gard : Depuis la mise en place des 80 km/h, selon le gouvernement, 116 vies ont été sauvées. Vous qui dénonciez cette mesure, faites-vous votre mea culpa aujourd’hui ? 

Olivier Gaillard : Absolument pas ! Le gouvernement avait annoncé une diminution de 400 morts par an. Alors, pas de mea culpa ! D'ailleurs, je continue de dire que les plus à même de pouvoir avoir une position sur ces questions sont les élus dans les territoires ruraux et notamment les conseillers départementaux, dont la collectivité est en charge des routes départementales. 

Reste que la vitesse est toutefois à l'origine de bon nombre d'accidents...

Oui, c'est l'une des causes. Mais c’est d’abord l’alcool et les stupéfiants. Bien évidement que la vitesse est responsable, tout comme l’évolution électronique des véhicules, les téléphones portables. Je maintiens que l'abaissement à 80 km/h sur toutes les routes départementales est une connerie : appliquer une réglementation bête et méchante, c’est totalement incohérent. Il faut avoir une réflexion de terrain !

Le gouvernement va donner les chiffres de la mortalité routière, département par département. Ensuite, il invitera les présidents des Départements à faire des propositions s’ils veulent rétablir la vitesse à 90 km/h sur certains axes. Qu’en pensez-vous ?

Je suis bien content que l’on écoute le territoire. D’ailleurs, ça pourrait concerner d’autres sujets comme le travail sur les compétences des collectivités territoriales ou le transfert de l’eau et de l’assainissement aux agglomérations qui est catastrophique ! Alors oui, écouter les territoires est une bonne nouvelle. Le Département est le gestionnaire des routes : il entretient et investit. C’est lui qui est le mieux placé pour gérer les problématiques de la sécurité routière. 

En tant qu’ancien vice-président délégué aux routes du Département, quels axes peuvent être concernés par ce retour à 90 km/h ?

Les axes principaux, les routes départementales larges et sécurisées aux abords, avec des marquages au sol. C’est le cas de la RD 999 qui va du Vigan jusqu’à Beaucaire. Inversement, il y a des axes dangereux où la vitesse doit être maintenue à 80 km/h, notamment lorsqu’il n’y a pas de marquage au sol.

Propos recueillis par Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Coralie Mollaret

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais