Actualités
Publié il y a 3 ans - Mise à jour le 09.08.2019 - thierry-allard - 1 min  - vu 478 fois

ROCHEFORT-DU-GARD L’hommage au maire de Signes, décédé lundi

Ce vendredi matin, lors de la cérémonie d'hommage au maire de Signes (Var) à Rochefort-du-Gard (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le décès du maire de la commune de Signes (Var), Jean-Mathieu Michel, ce lundi, alors qu’il tentait d’empêcher le dépôt sauvage de gravats sur sa commune, émeut au-delà de sa commune, de son département et même de sa région.

Ainsi, ce vendredi matin la commune de Rochefort-du-Gard lui a rendu hommage à la faveur d’une cérémonie, répondant ainsi à l’initiative de l’Association des maires de France, « pour témoigner de sa solidarité et de son amitié envers la famille et les proches de Jean-Mathieu Michel », précise le maire, Dominique Ribéri. Dans son discours, l’édile rochefortaise a salué un élu « qui travaillait et défendait sa commune 24 heures sur 24 au service de ses administrés, toujours dans l’intérêt général. »

Plus loin, Dominique Ribéri affirmera que son homologue de Signes, élu depuis 1983, « est décédé pour avoir voulu protéger sa commune, son environnement, la beauté de ses paysages et un certain art de vivre. » Un drame « inacceptable et intolérable » qui, selon elle, « doit être l’occasion d’une prise de conscience collective de l’ampleur du phénomène face au sentiment d’impunité qui prévaut » sur la question du dépôt sauvage des déchets. Une élue qui « (s)’associe à la demande de création dans le code pénal d’un délit de "trafic de déchets". » Une manière, peut-être, d’en finir avec le fléau du dépôt sauvage de déchets qui touche toutes les communes, notamment dans notre région.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais