Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 20.05.2024 - Thierry Allard - 2 min  - vu 152 fois

ÉCONOMIE Le Réseau Entreprendre Rhône Durance accompagne aussi les porteurs de projets gardois

Brigitte Borel est la directrice du Réseau Entreprendre Rhône Durance

- Photo : Thierry Allard

Créé dans le Nord en 1986 par André Mulliez pour accompagner les porteurs de projets notamment avec des prêts d’honneur, le Réseau Entreprendre compte aujourd’hui 65 associations dans dix pays. Localement, le Réseau Entreprendre Rhône Durance, basé à Avignon (Vaucluse), agit aussi dans le Gard rhodanien, où il reste pour l’heure largement méconnu.

Le bassin de vie, et par extension le bassin économique d’Avignon, concerne aussi le Gard rhodanien. Ainsi, le champ d’action du Réseau Entreprendre Rhône Durance déborde sur le nord des Bouches-du-Rhône mais aussi l’est du Gard. En tout cas pour la partie gardoise, tout ou presque reste à faire : « nous avons encore besoin de nous faire identifier », reconnaît la directrice de l’association Brigitte Borel.

Surtout que la solution proposée par le Réseau Entreprendre Rhône Durance a sa pertinence, puisqu’elle se donne pour mission « d’aider les entreprises qui vont créer au moins cinq emplois d’ici 3 ans », pose Brigitte Borel. Et ce en soutenant les projets de création, de développement ou de reprise d’entreprise par le biais de prêts d’honneur « à taux zéro sans garantie, et par convention la Banque publique d’investissement (BPI, ndlr) vient abonder la moitié de ce que nous prêtons pour la création et le développement, et pour une reprise, la BPI abonde autant que nous », développe-t-elle. Plus largement, le prêt d’honneur permet « un effet levier de un à treize », rajoute-t-elle. Quant au montant du prêt du Réseau Entreprendre Rhône Durance, il va de 15 000 à 90 000 euros, avec une moyenne de 35 000 euros, sur le principe du « un pour un : par exemple, pour 15 000 euros en capital et/ou en compte courant, nous prêtons 15 000 euros », précise Brigitte Borel.

De quoi donner un sacré coup de pouce au projet, surtout dans une période où les taux d’intérêts des prêts sont remontés en flèche. Mais avant d’obtenir le prêt, il faut montrer patte blanche : monter un dossier, le présenter à six chefs d’entreprises bénévoles du réseau, dont un expert-comptable, un avocat et un banquier qui, s’ils le valident à la majorité, envoient le dossier en comité d’engagement, composé de six chefs d’entreprises différents devant lesquels le porteur de projet présente ses éléments. Et à l’issue, « les lauréats rentrent automatiquement dans l’association et sont accompagnés pendant trois ans, un accompagnement collectif et individuel », rajoute la directrice. Le tout gratuitement. 

L’accompagnement individuel est à la charge d’un chef d’entreprise du réseau. « C’est un mentorat, cette personne va venir combler une compétence manquante du porteur de projet et va le suivre tous les mois », précise Brigitte Borel. Et pour le collectif, tous les premiers mercredis du mois les lauréats se retrouvent pour échanger. Un dispositif qui « permet d’avoir un taux de pérennité des projets à 93 % à trois ans », souligne la directrice de l’association, là où ce taux est plutôt autour de 50 % chez les projets qui ne bénéficient pas d’accompagnement.

Le Réseau Entreprendre Rhône Durance accompagne entre 10 et 14 projets par an, et accorde entre 300 000 et 500 000 euros de prêts d’honneur chaque année. Et le plus important, « environ 100 emplois ont été créés ou sauvegardés sur la promotion 2022 », explique Brigitte Borel. Parmi ces projets, un seul concerne le Gard rhodanien, où le réseau compte bien se développer. Dans cette optique, il participera aux journées portes-ouvertes de l’Office des entreprises de l’Agglo du Gard rhodanien à Bagnols le 6 juin au matin, et au salon POP en septembre prochain à Laudun-l’Ardoise.

Plus d’informations ici.

Thierry Allard

Economie

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio