Economie
Publié il y a 23 jours - Mise à jour le 15.11.2022 - Norman Jardin - 2 min  - vu 464 fois

FAIT DU SOIR Royal Canin, le premier employeur privé gardois fête ses 50 ans

Royal Canin fête ses 50 ans

- (photo Norman Jardin)

Ce lundi, sur son site d’Aimargues, l’entreprise fêtait ses 50 ans. À cette occasion, Carole Delga a inauguré la ligne pilote de recherche et développement. Royal Canin ambitionne la neutralité carbone et le financement de 14 chiens d’assistance judiciaire en 2025. En un quart de siècle, l’entreprise est devenue le premier employeur privé du Gard.

Carole Delga et Cécile Coutens ont inauguré la ligne pilote de recherche et développement  • (photo Norman Jardin)

L’histoire commence en 1968 quand Jean Cathary, un vétérinaire gardois, crée une soupe jaune pour les chiens. L’homme est convaincu que la nourriture peut avoir un impact sur la santé des animaux et il dépose la marque Royal Canin. Quatre ans plus tard la société est acquise par le groupe Guyomarc’h et au fil des années les produits deviennent disponibles dans huit pays européens. Dans les années 1980, la marque développe le premier aliment conçu pour les chiots et en 1982 elle entre dans les foyers des Français avec un spot publicitaire resté dans les mémoires.

Un spot publicitaire mythique en 1982

On y voit un berger allemand courant en liberté avec en fond sonore la bande originale d’Ennio Morricone du film Le Professionnel. Dans la foulée, Royal Canin débarque aux États-Unis. L’entreprise gardoise n’a depuis cessé de se développer et ce lundi elle fêtait son cinquième anniversaire. Ou presque… « Nous avions prévu de célébrer nos 50 ans en 2020, mais la crise sanitaire nous en a empêché », expliquait Jean-Christophe Pascal, le directeur de l’usine d’Aimargues. Peu importe, ce lundi Royal Canin inauguré sa ligne pilote de recherche de développement cofinancée par la Région Occitanie (à hauteur de 875 000€) sur le campus Royal Canin d’Aimargues.

Jean Cathary a sa statue sur le site d’Aimargues • (photo Norman Jardin)

Ce projet a permis la conception d’une gamme de produits qui représentent un avantage pour la santé buccodentaire des chiens. C’est Carole Delga, la présidente de la Région, qui a coupé le ruban et elle ne tarit pas d’éloges sur l’entreprise gardoise : « Royal Canin c’est une pépite de notre tissu économique et nous avons de la chance que cette entreprise ait son siège social dans le Gard. La philosophie de cette entreprise correspond aux enjeux défendus par la Région. J’espère que dans 50 ans elle sera encore là. »

Une gamme de 750 produits distribués dans le monde

Le groupe Royal Canin a également rappelé son engagement vers la neutralité carbone en 2025 avec par exemple l’approvisionnement responsable, l’efficacité énergétique et l’emballage durable. « L’alimentation peut avoir un impact sur la santé des animaux et ces derniers rendent la vie meilleure », a expliqué Cécile Coutens, la présidente du groupe Royal Canin, qui a rappelé que l’entreprise pouvait s’enorgueillir de proposer 750 produits dans le monde.

Le site mondial de Royal Canin est situé à Aimargues • (photo Norman Jardin)

La fondation Royal Canin a été créée en 2020, avec un budget annuel de 900 000€, et elle soutient les projets qui mettent en valeur les bénéfices que les chiens et chats ont sur la santé humaine. Elle finance par exemple les frais engendrés par Rancho, le chien d’assistance judiciaire du tribunal de Nîmes, qui est accompagné du capitaine Nicolas Baro du centre de secours de Saint-Gilles. L’ambition de la fondation est de financer 14 chiens d’assistance judiciaire en 2025. Avec plus d’un millier de salarié dont 150 étrangers représentant 50 nationalités sur son site de d’Aimargues, Royal Canin est la première entreprise privée du Gard. Pas mal pour une quinquagénaire.

Norman Jardin

Economie

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais