Economie
Publié il y a 1 an - Mise à jour le 08.11.2021 - marie-meunier - 3 min  - vu 548 fois

LAUDUN-L'ARDOISE Grève des personnels : pas d'accord trouvé ce soir, le mouvement reconduit demain

Le maire, Yves Cazorla, et les syndicats ne sont pas loin de trouver un accord mais des points bloquent encore. La grève se poursuit donc ce mardi 9 novembre.
Le préavis de grève a pris effet dès 8h ce lundi. Une soixantaine de personnes ont manifesté devant la mairie de Laudun-l'Ardoise. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Malgré des négociations pendant plusieurs heures, il n'y aura pas d'accord ce soir. Le mouvement de grève se poursuit ce mardi 9 novembre. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Ce lundi 8 novembre marquait une nouvelle journée de grève à la municipalité de Laudun-l'Ardoise. La raison : le passage aux 1 607 heures, le mal-être au travail, entre autres...

Une soixantaine d'agents, d'élus et de représentants syndicaux ont manifesté devant la mairie ce matin. Tous attendaient un geste fort de la part du premier magistrat, Yves Cazorla. Un groupe a été reçu par le maire et son cercle rapproché pendant plus d'une heure pour trouver un terrain d'entente.

Alors que du côté de Force ouvrière - syndicat majoritaire à la mairie laudunoise - , on déplorait un "dialogue de sourds", la situation semblait connaître une légère avancée. Après avoir reçu les manifestants, le maire a proposé un accord : il paye la journée de grève aux personnels ce lundi et ces derniers acceptent de participer à ses réunions par services pour parler de ce qui va, ne va pas et comment s'adapter à l'entrée en vigueur des 1 607 heures. En échange, il veut que le préavis de grève soit retiré.

FO et la CGT se sont alors réunis pour décider si oui ou non, ils acceptaient la négociation. Les deux syndicats, en accord avec les salariés, ont finalement réécrit un texte reprenant ces éléments et "qui permet de sortir par le haut de cette journée d'action", atteste Patrick Lescure, secrétaire général de l'union locale CGT Gard rhodanien. Les deux syndicats souhaitent que les réunions par secteurs se fassent en présence de représentants du personnel et des formations syndicales "pour donner un cadre et faciliter les négociations après". Refus d'Yves Cazorla qui veut privilégier "la parole libre et sereine" et qui craint "que ce soit gênant pour certains employés". Il propose plutôt deux réunions d'étape et en fin de parcours, sans avancer de dates précises.

"C'est dommage parce qu'à deux-trois exceptions près, on était pas loin de trouver un accord"

Malgré une négociation jusque tard dans la journée, l'accord n'a pas été trouvé et la grève est reconduite ce mardi 9 novembre dès 8h30. "C'est dommage parce qu'à deux-trois exceptions près, on était pas loin de trouver un accord. Sur les 37h, il est d'accord sur le fait que ce soit les salariés qui aient la main sur les RTT... C'est un rendez-vous manqué mais il y en aura un autre demain", commente Patrick Lescure.

Du côté de Force Ouvrière aussi, on déplore aussi le résultat vain des négociations ce lundi soir. "On a été ouvert au dialogue, à la discussion. On a fait une proposition mais il a réécrit des choses par dessus. On n'est pas d'accord. On a fait un pas, lui non", indique un représentant de FO. Ce dernier et plusieurs autres syndiqués se sont rendus ce lundi soir à Vénéjan où se tient le conseil des maires de l'Agglo pour distribuer des tracts et sensibiliser les autres élus. "À mon avis, on va partir sur un long conflit. Ça va être compliqué pour les agents car beaucoup ont de petits salaires", ajoute-il alors que ce n'est pas le premier mouvement de grève dans la commune.

Un cycle de réunions par secteurs déjà entamé

Quant au maire, Yves Cazorla, il concède : "Il y a deux choses pour lesquelles j'ai dit OK. Mais pour le reste, c'est non." Dans quel état d'esprit se trouve-t-il alors que la grève se poursuit et que les différends ne se résolvent pas tous ? "On verra. On a quand même posé pas mal de choses. Un accord, ce n'est jamais simple à trouver. Ça prend du temps mais je pense que cela devrait aboutir. Il y a encore quelques points à régler sachant qu'on ne pourra pas tout donner. Ce n'est pas possible. Mais on souhaite lever cette grève qui est néfaste à tout le monde", répond-t-il.

Le premier magistrat nous a réaffirmé ce matin que sa porte restait ouverte pour toute discussion. Et que son cycle de réunions par secteurs avait déjà commencé avec les ATSEM, le scolaire et le nettoyage. Suite des négociations demain...

Marie Meunier

Marie Meunier

Economie

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais