Environnement
Publié il y a 2 mois - Mise à jour le 29.11.2022 - Corentin Migoule - 3 min  - vu 1119 fois

MIDI VILLAGES À Cassagnoles, la Communauté de communes du Piémont cévenol inaugure ses nouveaux réseaux de randonnées

randonnée

Vue depuis le chemin de randonnée sur le Gardon au loin et une ancienne magnanerie. (Photo Corentin Migoule)

Samedi 26 novembre au matin, le foyer de Cassagnoles accueillait l'inauguration des réseaux de randonnées de la Communauté de communes du Piémont cévenol, labellisés "Gard pleine nature", adossée à la sortie officielle de deux carto-guides intitulés "Du Coutach au Gardon" et "Des Cévennes au Coutach". 

Comme a bien voulu le croire le maire David Furestier, taquin, "certains ont peut-être mis le GPS" pour trouver le foyer de Cassagnoles, petite commune rurale de 400 âmes perchée entre Maruéjols-les-Gardon et Vézénobres. Ce samedi 26 novembre en milieu de matinée, l'édile cassagnolais, accompagné d'une partie de son équipe municipale, dont l'adjoint Didier Ginane, accueillait une délégation d'élus pour la concrétisation d'un projet majeur conjointement initié par le Conseil départemental et la Communauté de communes du Piémont cévenol (CCPC). 

Perrigot
"Ces dernières années la fréquentation des sentiers du département a considérablement augmenté", assure Françoise Laurent-Perrigot.

L'intercommunalité, qui possédait et entretenait environ 200 kilomètres de sentiers balisés, répartis sur le secteur de Quissac-Sauve, et comprenait cinq boucles autour de Saint-Hippolyte-du-Fort, a procédé à l'extension de son réseau de randonnées sur les parties du territoire non-couvertes jusqu'alors, dont plusieurs villages intégrés dans le Parc national des Cévennes. 

À travers ce projet d’aménagement et de valorisation touristique à l’échelle des 34 communes, les élus locaux espèrent créer un maillage en connectant les circuits et chemins les uns aux autres, pour un total qui vient de dépasser les 500 kilomètres de sentiers balisés. Des réseaux par ailleurs labellisés "Gard pleine nature" depuis la pose ce samedi d'une bague officielle sur un panneau d'information situé à un jet de pierre du foyer communal cassagnolais, au sein duquel se sont tenus les discours d'inauguration. 

Cassagnoles
"Ce projet est un fleuron du tourisme du Piémont cévenol et plus que ça, du département", croit Fabien Cruveiller. (Photo Corentin Migoule)

"Ces chemins de randonnées ont pour but de rendre attractif et faire découvrir notre territoire. Ils sont également un formidable lieu de détente pour la pratique sportive, pour les traileurs de plus en plus nombreux, ou tout simplement pour marcher dans la nature", a résumé le maire, David Furestier. À ses côtés, Fabien Cruveiller, président de la CCPC, a essayé de "faire court" en regardant dans le rétroviseur : "Le Piémont cévenol a déjà 10 ans. On y a développé des services nombreux, et surtout c’est devenu une destination touristique connue et reconnue, au carrefour du Pont du Gard, de la Camargue, de Nîmes et des Cévennes !"

Parce qu'elle "adore" ce canton, Françoise Laurent-Perrigot avait fait le déplacement pour rappeler à quel point "les activités extérieures et sportives sont importantes pour assurer le bien-être de chacun". Puis la présidente du Conseil départemental a assuré la promotion des nouveaux carto-guides et de l'application Rando Gard, récemment développés pour "assurer une meilleure information de nos circuits pour nos randonneurs"

rando
325 000 euros ont été investis pour l'extension de ces réseaux de randonnées. (Photo Corentin Migoule)

Avant elle, Nicolas Drevon, vice-président de la CCPC délégué au Tourisme, un axe majeur de la politique de l'intercommunalité, avait rappelé la génèse d'un projet "initié en 2018", lequel doit "profiter autant aux habitants qu’aux visiteurs, et ce en toutes saisons". Après quoi, élus et habitants ont formé un cortège pour joindre les actes à la parole en réalisant l'une des nouvelles randonnées ayant profité de l'extension du réseau.

Une boucle d'un peu plus de deux kilomètres revêtant un intérêt patrimonial dans la mesure où elle permet de (re)découvrir le château de Cassagnoles bâti au XIVe siècle, en cours de restauration et dont la tour de pigeonnier a été retenue dans le cadre de la mission patrimoine portée par l'animateur Stéphane Bern. Après avoir jeté un regard à l'église Saint-Martin qui lui est accolée, le randonneur quitte le béton pour emprunter un chemin plus étroit, légèrement caillouteux, depuis lequel se révèle une jolie vue sur le Gardon au loin et une ancienne magnanerie en contrebas.

randonnée
Vue depuis le chemin de randonnée sur le Gardon au loin et une ancienne magnanerie. (Photo Corentin Migoule)

En fin de parcours, une voie communale jusqu'à peu recouverte de ronces et d'arbustes, inutilisée depuis des décennies, a été restaurée pour l'occasion. À l'avenir, ceux qui l'emprunteront se diront peut-être, comme venait de le suggérer Nicolas Drevon, que "la marche est une drogue délicieuse et sans danger, qui provoque le plaisir sans la servitude, l'accoutumance sans l'esclavage."

Corentin Migoule

Environnement

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais