Publié il y a 9 mois - Mise à jour le 28.07.2023 - Yannick Pons - 3 min  - vu 27105 fois

LE GRAU-DU-ROI À Port-Camargue, c'est quoi ce cirque ?

Le cirque Zavatta-Muller a dressé son chapiteau au forum de Port-Camargue jusqu’au 31 juillet. Hier soir, l’association française animaliste Alliance Éthique a manifesté contre la « captivité et l’exploitation » infligée aux animaux sauvages.

cirque grau manif (yp)
Les circassiens entretiennent des liens étroits avec leurs animaux • Yannick Pons

Autruches, serpents, lamas, dromadaires, chevaux, chèvres, zèbres, singes, lions, tigres et un hippopotame ! Un véritable zoo ambulant s’est installé au bord de la plage Nord de Port-Camargue. Les circassiens nîmois du cirque Zavatta sont ici presque chez eux. Mais pas les bienvenus pour certains.

Alliance Éthique donne de la voix

L’association animaliste Alliance Éthique, qui porte la voix de One Voice, entend bien mettre fin à l’exploitation des animaux sauvages dans notre pays. Depuis quelques années, Cyril Vaucelle, le directeur d’Alliance Éthique, tente de faire libérer Jumbo, l’hippopotame de trois tonnes qui accompagne les circassiens. « Jumbo passe sa journée dans un camion et ne fait aucun numéro de cirque. La justice avait ordonné son transfert dans un sanctuaire mais les circassiens ont empêché l’opération », martèle le militant, qui a récemment grimé en camarde la statue de Nimeño II devant les arènes de Nîmes afin de dénoncer la corrida.

Après les arènes, la piste aux étoiles, c'est sur un rond-point à proximité du chapiteau, que Cyril Vaucelle a organisé une manifestation, hier soir au moment d'une représentation, afin de protester avec 25 membres d'associations, contre l’implantation du cirque à Port-Camargue. L’opération a été menée sous l’œil bienveillant d’une quinzaine de gendarmes afin d’éviter tout débordement. "Ils ont menacé de libérer les animaux", déplore Alexandre Muller, le directeur du cirque, mais aucune tentative n'a eu lieu et tout s'est passé dans le calme. 

Robert Crauste contraint de céder

Le maire avait refusé cette installation au Grau-du-Roi dans un premier temps. Mais les circassiens, sûrs de leur bon droit, ont menacé de bloquer la route départementale 62 ainsi que le centre-ville. Ainsi après trois jours de bras de fer, l’intervention de la préfecture du Gard a fait plier Robert Crauste qui a finalement autorisé l’implantation du cirque au forum de Port-Camargue. « J’ai refusé l’implantation du cirque à un moment très fréquenté, mais la préfecture est intervenue car elle ne pouvait engager qu’une trentaine de gendarmes afin de gérer un blocage éventuel par les circassiens de toute la départementale 62 et du centre-ville. Le cirque doit rester jusqu’au 31 juillet, j’espère qu'ils tiendront leur promesse », lance le maire du Grau-du-Roi.

La fin du cirque ?

Les animaux sauvages seront interdits dans les cirques au 1er décembre 2028. La loi n° 2021-1539 du 30 novembre 2021 vise à lutter contre la maltraitance animale et conforter le lien entre les animaux et les hommes. Cette loi n’est pas du goût des circassiens qui ont le sentiment que toute leur vie s’effondre avec un sous-entendu d'une maltraitance générale des animaux dans les cirques. 

En attendant ce jour, ils ont le droit d’exercer leur activité séculaire. Alexandre Muller raconte une passion sur cinq générations. Un véritable savoir-faire, un patrimoine, une culture, un art de vivre. Un métier, puisqu’il faut obtenir un diplôme pour avoir le droit de s’occuper d’animaux sauvages. « Le gouvernement a pondu cette loi qui ne tient pas debout. Il faudrait tout d’un coup se débarrasser de nos animaux. Mais qui va s’occuper d’eux, où vont-ils aller ? Et qui va nous dédommager ? Du jour au lendemain on nous dit que l’on doit briser 5 générations de mode de vie », lance le directeur du cirque.

cirque grau manif (yp)
25 membres d'associations ont manifesté à Port-Camargue • Yannick Pons

L'opération des associations animalistes visait à sensibiliser les touristes. « Ils ne nous dérangent pas, ils nous font de la pub », lance Alexandre Muller, espiègle. Ce jeudi 27 juillet il y avait du monde à 20h30 à l’entrée du chapiteau. Selon les membres du cirque, la tribune de 300 places est régulièrement bien remplie. Les associations animalistes n'ont pas prévu d'autres actions jusqu'au 31 juillet, date à laquelle le cirque Zavatta-Muller doit lever le camp, normalement. 

Yannick Pons

Camargue

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio