Publié il y a 1 an - Mise à jour le 02.03.2023 - Coralie Mollaret  - 2 min  - vu 1501 fois

EXPRESSO Centre mutualiste à Nîmes : où est passé le titre de propriété ?

(Photo : Coralie Mollaret)

L’ancienne maison médicale est vouée à devenir un complexe avec commerces et autres services. Problème : le groupe Oxance, propriétaire des lieux, n’arrive pas à mettre la main sur le titre de propriété.

« C’est quand même fou ! Oxance est d’accord pour vendre le bâtiment mais n’arrive pas à retrouver le titre de propriété ! », s’offusque Olivier Bonné, conseiller municipal délégué à la Rénovation urbaine. Situé au nord du Chemin-Bas, près de la voie ferrée, le centre médical mutualiste est fermé depuis quatre ans. La mutuelle Oxance, qui gère la strucutre, a déménagé à quelques mètres plus loin, dans des locaux flambant neufs.

Un projet baptisé l’îlot Braque 

Ce déménagement s’inscrit dans le deuxième plan de rénovation urbain nîmois, visant à favoriser l’égalité entre les différents quartiers. Dans son projet, la municipalité souhaite acquérir les anciens locaux pour y créer deux immeubles, appelés l’îlot Braque. Ces nouvelles bâtisses, construites par le promoteur STS Promotion, regrouperont les commerces de la copropriété du Portal, des médecins, mais également des logements.

(Photo : Coralie Mollaret)

« Le permis de construire du promoteur sera déposé dans quelques jours, relève Olivier Bonné, il faudra ensuite laisser les services l’instruire et respecter les délais légaux pour les recours. » Sauf que, selon nos informations, Oxance est pour l’instant dans l’incapacité de vendre ses anciens locaux. « Il y a plusieurs années, la première mutuelle a fusionné avec une autre mutuelle (Ugosmut, NDLR) qui, par la suite, a elle-même fusionné avec Oxance », décrypte Olivier Bonné.

Où est passé le titre de propriété ? 

Aujourd’hui, « on ne retrouve aucune trace de la première fusion. C’est comme si le dirigeant était parti avec le dossier sous le bras ! », poursuit l’élu. Sans titre de propriété, le projet risque d’avoir un coup dans l’aile… « Nous essayons de trouver des solutions avec le cadastre et le notaire, c’est pas simple ». Et d’ajouter : « Il y a une autre procédure mais celle-ci demande plus de temps, environ deux ans… C’est trop long ! »

Coralie Mollaret

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio