Politique
Publié il y a 7 mois - Mise à jour le 06.04.2022 - coralie-mollaret - 2 min  - vu 633 fois

EXPRESSO Un budget 2022 sous haute tension au Piémont cévenol

Fabien Cruveiller, le maire de Cardet et président de la communauté de communes du Piémont Cévenol. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Une partie des agents a prévu de se mobiliser, ce soir à 18 heures, à l’occasion du vote du budget 2022. En cause : les économies sur le personnel prévues par le président Fabien Cruveiller. 

« Au Piémont Cévenol, le malaise continue…. », déplore un élu las « des conflits qui sévissent au sein de la communauté de communes(*) ». Ce soir, le budget 2022 sera soumis aux votes des élus par le président et maire de Cardet, Fabien Cruveiller. Sans surprise, l'exercice cristallise les oppositions. Déjà l’an dernier, l’exécutif lançait un audit organisationnel et financier pour stopper la vague de départs de plusieurs agents de la communauté de communes. 

Selon nos informations, les résultats de ces audits ne seraient pas très bons : « Pour assurer le financement du projet de territoire, il faudrait trouver 400 000 € d’économies », indique l’une de nos sources. Pour redresser la situation, Fabien Cruveiller aurait notamment prévu un plan d’économie de 150 000 € sur le personnel. La semaine dernière, lors du débat d’orientation budgétaire, les agents se sont mobilisés pour dénoncer « des décisions prises au détriment du service public ». 

Dans ce plan d'économie, on retrouverait le blocage des carrières des catégories C ou le non-remplacement de postes de directeur au développement économique et à la médiathèque. Joint par nos soins, le maire de Saint-Hippolyte-du-Fort, Bruno Olivieri, assure qu’il ne votera pas ce budget : « Aujourd’hui, il y a beaucoup d’élus qui s’interrogent sur le manque de perspectives pour notre territoire… Nous devons remettre sur la table le plan pluriannuel d’investissement. Ce qui nous met dedans, c’est le coût de la piscine qui est passé de 2,5 M€ à 4 M€ ». 

Au Piémont, une autre de nos sources estime que le problème est ailleurs : « Aujourd’hui, il y a surtout un souci dans la gestion des ressources humaines. C’est le principal poste de dépense d’une collectivité, il faut donc avoir une gestion rigoureuse. Or aujourd’hui, des contractuels sont embauchés à la place des fonctionnaires et coûtent beaucoup plus chers ! ». L’avenir dira si ce mode de gestion engendrera plus tard une hausse des impôts… 

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com

*Joint par téléphone, le président de la communauté de communes du Piémont cévenol est resté injoignable. 

Coralie Mollaret

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais