Politique
Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 15.06.2020 - coralie-mollaret - 2 min  - vu 2288 fois

NÎMES Val Santé : « Un modèle à développer », pour Jean-Paul Fournier

Jean-Paul Fournier et Laurent Burgoa, ce vendredi matin à Val Santé (Photo : Coralie Mollaret)

Le maire de Nîmes était en déplacement, ce vendredi, dans la maison médicale Val Santé qui regroupe plusieurs professionnels du soin.  

L’accès aux soins, que ce soit en ville ou en campagne, est un défi perpétuel. Vendredi, accompagné de son adjoint en charge des Quartiers, Laurent Burgoa, le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, était en visite au centre Val Santé, implanté dans le quartier de Valdegour. Les élus se sont d’abord intéressés à leur gestion de l’épidémie de covid-19. L'adjoint nîmois avait d'ailleurs des craintes quant à la propagation du virus dans ces secteurs où les appartements sont souvent exigus et les familles nombreuses.

« Nous avons réalisé 174 consultations et aucune n’a nécessité un transfert au centre hospitalier de Nîmes », commente l’un des médecins. Si Val Santé s’est porté volontaire pour être un poste avancé du CHU dans cette crise sanitaire, « l’ARS (Agence régionale de santé) n’a pas donné suite mais nous a reconnu comme centre Covid, permettant d'obtenir un Fonds d'intervention Régional.»

Dans cette maison pluridisciplinaire de praticiens libéraux, les patients - issus des quartiers populaires et habitants de la Vaunage - trouvent de la médecine générale mais aussi des spécialités comme la gynécologie. Annabel Debakre, coordinatrice de la maison de santé, fait d’ailleurs état des besoins de la structure en terme d’orthophoniste et de psychologue.

Une maison de santé porte des Arts

Val Santé dispose également « d'un espace dédié aux soins non programmés. Vous pouvez appeler le matin et avoir un rendez-vous l’après-midi. » Dans le cadre du deuxième plan de rénovation urbaine, « une maison de santé sera installée porte des Arts, à Pissevin », rappelle Laurent Burgoa. « Ces centres sont un modèle à développer », commente le maire de Nîmes, prêt à aider l'implantation de ce type de structure. Au Mas de Mingue, le besoin serait également prégnant : « On pourrait libérer un espace dans la copropriété des Grillons qui, dans le cadre de la rénovation urbaine, doit être rénovée. » Mais ça, ça sera le cas échéant après le deuxième tour des élections municipales du 28 juin. 

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com

Coralie Mollaret

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais