Actualité générale.Actualités

NOUVELLE VENUE : Julie Bouaziz, ses premiers pas à la Préfecture du Gard

Julie Bouaziz, 26 ans, a pris ses fonctions de directrice de cabinet du Préfet du Gard lundi dernier. Photo DR/S.Ma

ObjectifGard.com vous l'annonçait à la fin du mois de juillet : Thierry Laurent a quitté son bureau de directeur de cabinet du Préfet du Gard passant le relais ce lundi 20 août à la sous-préfète Julie Bouaziz, 26 ans, tout juste sortie de l'ENA (École Nationale d'Administration).

Julie Bouaziz, 26 ans, a pris ses fonctions de directrice de cabinet du Préfet du Gard lundi dernier. Photo DR/S.Ma

Cette fille de viticulteur et de pharmacienne originaire de La Rochelle, a donc posé ses valises à Nîmes pour deux années lors desquelles elle accompagnera Hugues Bousiges, préfet du Gard, sur divers dossiers. "À ma sortie de l'ENA (promotion 2011, Jean-Jacques Rousseau), j'ai demandé à être affectée dans le Gard. Pour moi, c'est le département le plus complet pour un directeur de cabinet sur le thème de la sécurité publique et civile" a expliqué la sous-préfète lors de sa première rencontre avec la presse locale.

"Ma devise, toujours être dans une zone d'efforts et pas de confort"

Et si elle ne connaît pas encore les traditions culturelles du Gard -- "je vais découvrir la Feria de Nîmes au mois de septembre" -- elle s'est déjà bien renseignée sur les problématiques du territoire et a suivi une formation bien particulière au ministère de l'Intérieur aux côtés du Directeur Général de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises et du Préfet de police. Un passage obligé afin d'être bien briefée notamment sur les questions des incendies, des inondations, de la délinquance et de la sécurité routière. Concernant ce dernier point, la "coriace et très motivée" Julie Bouaziz souhaite "mener des actions très ciblées en testant de nouveaux outils de prévention et de répression. Et je compte bien me rendre sur le terrain comme l'a fait mon prédécesseur." En parallèle, la sous-préfète mènera de front un dossier prioritaire aux côtés du préfet Bousiges : "les zones de sécurité prioritaires".

Les deux années à venir s'annoncent donc mouvementées. Pas de quoi affoler la jeune sous-préfète. "Ce n'est pas une expérience angoissante. J'ai bien été préparée, je suis plutôt sereine. Toujours être dans une zone d'efforts et pas de confort." Telle est sa devise.

S.Ma

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité