Société

CENDRAS Du rififi à l’école Joliot Curie

Trois des 7 parents d'élèves signataires d'une lettre ouverte au ministère de l'Education Nationale. EL/OG
Trois des 7 parents d'élèves signataires d'une lettre ouverte au ministère de l'Education Nationale. EL/OG
Trois des 7 parents d'élèves signataires d'une lettre ouverte au ministère de l'Education Nationale. EL/OG

En septembre dernier, une institutrice débutante a été nommée directrice au sein de l'école élémentaire Joliot Curie. Depuis, les parents d'élèves dénoncent de nombreux dysfonctionnements impactant les élèves et les enseignants. L'académie botte en touche.

Les parents élus au conseil d'école Joliot Curie sont remontés contre l'Inspection d'académie. Exit la fermeture d'une classe. Leur nouveau point de litige : des "conditions défavorables" au niveau de la direction et de la conduite du CM2. Cette année, ces deux fonctions ont été confiées à une seule et même enseignante, comme c'est le cas dans de nombreux établissements. Jusque là rien de particulier. Sauf que celle-ci sort tout juste de sa formation de professeur. "Dans l'usage, ça ne se fait pas. Il n'est pas normal de donner de telles responsabilités à une débutante", insiste Nathalie Ouzoulias, mère d'un élève de CM2.

Côté dysfonctionnements, les parents ont établi une liste longue comme le bras : "Entre les stages et les temps consacrés aux tâches de direction, les remplaçants se succèdent, et le fil du programme est perdu. En janvier, les enfants ont vu défiler 5 instituteurs en seulement un mois! Pourtant, le CM2 est une classe charnière", fustige Giovanni Di Francesco, père élu au conseil d'école. Et à Nathalie Ouzoulias d'ajouter : "En début d'année, les révisions ont duré trop longtemps, et ils sont mal préparés à l'autonomie de la 6e". Olivier Boireaud emboîte le pas : "Le projet d'école est quasi-bloqué, cette année, presque aucune sortie n'a été organisée et la fête d'école d'aura pas lieu, pour la première fois depuis des années".

Loin de remettre en cause la jeune directrice, les parents ont tenté d'alerter l'académie pour "remédier à ces troubles". Lors d'une première réunion, le Directeur Académique des Services de l'Éducation Nationale du Gard annonce souhaiter - après diagnostic - décharger le professeur de ses fonctions de directrice. Un mois plus tard, l'inspectrice envoie un mail aux parents et fait machine arrière. "Les dysfonctionnements que vous avez exposés n'ont pas été confirmés par les enseignants : le projet d'école est effectif et les élèves de CM2 bénéficient d'un enseignement en lien avec les programmes", écrit Anne Martin.

Qu'ont dit les enseignants à l'inspectrice ? Ces derniers n'étaient pas présents hier, lors de la conférence de presse, pour en dévoiler davantage. Ils ont eu ordre de se taire, selon les parents. Quant à la directrice, elle ignorait la démarche de mise en place publique de l'affaire, et refuse de s'exprimer sur le sujet. "Je ne me plains pas", souligne simplement la jeune enseignante.

Une lettre ouverte a été envoyée au ministère de l'Education nationale, au rectorat et à l'inspection d'académie du Gard, dans l'espoir d'une réunion prochaine.

Publicité
Publicité
Publicité

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Articles similaires

15 commentaires

  1. Il faut faire confiance aux jeunes enseignants…il faut qu’ils fassent leur experience…Curieuse démarche de parents égoistes

    1. La colère des parents s’adresse à l’éducation nationale et à son ministère qui gèrent l’école calculette en main et restriction des moyens et laissent les aux enfants et les enseignants en subir les conséquences. Cette situation va devenir la règle partout si on se tait. Réagir contre cela, vous appelez ça de l’égoïsme vous ? C’est plutôt se préoccuper d’un avenir qui risque de s’assombrir rapidement dans les écoles qu’elles soient urbaines ou rurales.

    2. D’autant plus que cette jeune directrice nommée dans un établissement depuis septembre est soutenue par l’inspection académique.
      Mais voilà des parents qui se plaignent qu’une enseignante est remplacée lors de ses absences pour stage (on aura tout vu!), de faire des révisions à des élèves qui en avaient probablement besoin, que le projet d’école est quasi bloqué (pourquoi, qu’est ce qui bloque?qui?), peu de sorties cette année (pourquoi ? état d’urgence? autre?) et que la fête de l’école n’aura pas lieu (pourquoi?, qui refuse? la directrice? des enseignant(e)s? des parents d’élèves?).
      Ces parents d’élèves semblent méconnaitre le système éducatif. Ils disent une chose puis son contraire. Ils semblent être perdus voir manipulés…

      Ses collègues, sans doute plus anciens n’ont visiblement pas été retenu pour ce poste ou ont refusé de le prendre?… 
      Si tel est le cas, ils ont raison de se taire…

      Ce boulot est certainement très difficile. Courage à elle!

  2. A la lecture de cet article, il apparaît comme une forme de discrimination… De plus, les enfants sont dans un cycle puisque cela fonctionne ainsi et non pas par classe de niveau… Donc il faudrait mentionner le niveau des évaluations… Par ailleurs il ne faut pas méconnaître que le nombre de professeurs des écoles a été en régression constante pour des effectifs en progression tout aussi constant… L’équation est compliquée à résoudre mais je lis qu’il n’y a pas eu de journées de cours perdues, ce qui n’est pas le cas partout, les médias en ont fait l’écho suite à une enquête de la FCPE… Sur l’autonomie, il existe un conseil école collège, il n’en n’est pas fait mention ici….

  3. On se moque du monde !! Les gens partent vivre dans des villages éloignés et peu peuplés,pour soit disant être au calme,alors que c’est plutôt pour économiser 3€ par mois sur les taxes d’habitation !!! Et curieusement ils s’étonnent qu’ il manque des enseignants,ils veulent le beurre et l’argent du beurre,fallait réfléchir et laissez cette enseignante

  4. Je ne connais pas cette enseignante, ni les problèmes de l’école publique de Cendras, mais je suis très gêné, par cet étalage dans la presse.

    Si maintenant, dès qu’un parent râle, le nom de l’enseignant est livré en pâture dans la presse, ce n’est pas gagné pour apaiser les esprits.

  5. Franchement je plains les enseignants de maintenant! On vit dans une ère où les parents n’ont plus confiance dans le système éducatif et veulent imposer leurs lois (bientôt ils dicteront les programmes?!).
    Comment voulez vous que la machine fonctionne si la confiance dans les enseignants (qui ont pour obligation de suivre un programme et des directives bien définis) n’est pas de mise.
    « Dans l’usage, ça ne se fait pas. Il n’est pas normal de donner de telles responsabilités à une débutante » Ce n’est pas parce qu’elle est débutante qu’il faut remettre en cause ses capacités!
    De plus je ne pense pas que la directrice ait le pouvoir unilatéral de supprimer la fête de l’école,il a du y avoir concertation et/ou vote au sein de l’équipe pédagogique.
    Il faut arrêter de mettre sur le dos des enseignants certaines défaillances de l’éducation nationale…
    En tout cas je lui souhaite bien du courage car avoir des parents d’élèves qui convoquent carrément la presse pour la descendre ça ne dois pas être facile à digérer… J’espère juste que ça ne la dégoutera pas de ce beau métier !

  6. Je partage l’avis de Fleur!

    Qu’un enseignant soit critiqué, c’est monnaie courante, mais se retrouver livré en pâture dans la presse, ce doit être très perturbant! Courage à elle!

  7. je pense que cette jeune institutrice _ directrice doit avoir des compétences sinon l’éducation la changerai de poste il n’y a que quelques parents sur Cendras (une dizaine)qui souhaite son départ
    que les parent demandent plutôt a garder leurs enseignant qu’ils connaissent et qui font très bien leur boulot

  8. Vous êtes tous bien mignon de commenter mais vous n’avez pas d’enfants dans cette école ! Je peux vous dire qu’elle n’a pas était remplacée que pour des « stages# elle pond des arrêts maladie a tour de bras et les enfants n’ont pas toujours eu de remplaçants car il est arrivé quelle ne previenne que le matin même de son absence. Alors arrêtez de donner votre avis sans connaitre l’histoire !

    1. C’est vrai tiens, elle aurait pu prévoir qu’elle allait tomber malade.
      Et moi, je tombe malade quand SVP? On fait comment pour savoir?C’est pour prévenir mon employeur.
      Décidément, on n’arrête pas le progrès.

    2. Au départ, c’est un rrefus catégorique dela part des anciens d’assurer ce poste de direction ; pourtant ils auraient été mieux armés, en principe. Alors il aurait été bon que l’équipe en place aide de tout leur poids cette jeune femme pour lui faciliter la tâche. je ne crois pas que ce fut le cas et c’est bien regrettable pour elle et pour l’ambiance que cela a généré. Bon courage à elle, l’année prochaine elle trouvera une école où elle pourra se réaliser pleinement.

  9. Thomas croyez moi elle n’était pas malade . il est pas malin de se promener de partout quand on est censé être malade hors heures légales de sortie bien évidemment.

    1. Pfffff, affligeant
      vous avez vraiment que ca à faire que de surveiller les allers-retours des habitants du village. Elle avait peut être tout simplement pas de restriction d’horaires (sur son arrêt de travail).Pathétique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité