Economie

BAGNOLS Rencontre matinale des chefs d’entreprises de l’agglo

Ce matin, à Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Ce matin, à Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Ce matin, à Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Ils se sont levés tôt, pas forcément plus que d’habitude d’ailleurs, pour se réunir chez l’un d’entre eux, ce mercredi matin à Bagnols pour le premier « Caf’Eco » du Gard Rhodanien.

La rencontre, qui se tenait au siège de l’entreprise EMK Services, sur la zone de Berret, a en effet débuté autour d’un café à 7h30.

Groupements d’entreprises et formation

Une quinzaine de chefs d’entreprises ont discuté et débattu autour du président de l’agglo Jean-Christian Rey, de ses deux vice-présidents Olivier Jouve et Bernard Pasquale et de la directrice du développement économique de l’agglo Emily Pagès.

L’occasion d’aborder avec les politiques des sujets comme les regroupements d’entreprises, de plus en plus demandés par les grands donneurs d’ordres, et pas que dans le nucléaire. Ainsi le chef d’entreprise Philippe Broche a estimé qu’aujourd’hui ce besoin de regroupement « n’est plus un besoin, mais une nécessité » qui induit « un gros travail à faire pour apprendre à travailler ensemble », le tout sur un territoire qui compte déjà les regroupements Alfadir, Grisbi, Port l’Ardoise, Cyclium ou encore le Collectif, qui fédère les trois dernières et les commerçants. Il faut dire qu’il y a des marchés à prendre, comme celui du démantèlement de la centrale EDF d’Aramon.

Le président de Cyclium Pascal Morel, après avoir opiné du chef, a pour sa part estimé qu’il fallait « se connaître et savoir où sont les niches qui vont être utiles aux majors. » Pour autant, des interventions dans la salle mettront en garde contre la confection de « clans ».

Autre problématique difficilement soluble pour les entreprises du territoire, la formation. « On ne trouve pas de professionnels, lancera un chef d’entreprise qui travaille dans l’industrie. Ce n’est pas le tout d’avoir les marchés, encore faut-il avoir le personnel pour les assurer. » Le nœud du problème pour Philippe Broche se trouve là : « c’est indispensable, si on n’a pas de structure de formation capable de répondre aux besoins de demain, on va avoir de gros problèmes. » Un représentant du centre de formation Apave, qui vient de d’ouvrir une antenne à Laudun-l’Ardoise, confirme et expose un paradoxe : « nous aussi on a un manque, mais de formateurs. »

Une rencontre qui en appellera d’autres

Le maire de Bagnols et président de l’agglo Jean-Christian Rey estimera pour sa part que « la question du centre de formation est une nécessité » avant de se féliciter que cette première rencontre « permette de mettre au jour des vraies problématiques. » Le président rappellera aussi les fonctions de l’Office des entreprises, avant d’évoquer la tenue prochaine d’une réunion sur les investissements du territoire pour que les entreprises locales aient une idée des marchés qui vont s’ouvrir cette année.

En attendant, cette première rencontre, qui en appellera d’autres, a aussi servi à des entrepreneurs, qui viennent pour beaucoup de la même zone de Berret, à se rencontrer. Ainsi, à la question posée par Emily Pagès au début de la rencontre de savoir si tout le monde se connaissait, la réponse a fusé accompagnée de sourires gênés : « non. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Un commentaire

  1. Universitaire, enseignante et formatrice pour adultes depuis des années pour une société parisienne, je m’étonne que des entreprises ne commencent pas par penser la mutualisation de la formation. Il faut dire que les gros donneurs d’ordre organisent la compétition entre les petites entreprises, pas le regroupement des besoins. Si les petites et moyennes entreprises se donnaient la main, il serait moins facile pour les majors de faire la pluie et le beau temps, et d’exiger toujours plus de prix bas. Quant aux élus locaux, seuls les imaginatifs et les courageux pèsent sur l’avenir et créent de l’espoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité