BAGNOLS Denis Rieu futur premier adjoint

Le futur premier adjoint de Bagnols Denis Rieu (Photo d'archives : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le futur premier adjoint de Bagnols Denis Rieu (Photo d'archives : Thierry Allard / Objectif Gard)

Un peu plus de deux semaines après la démission du maire de Bagnols Jean-Christian Rey, le conseil municipal de ce samedi entérinera, par un vote des élus, l’élection de Jean-Yves Chapelet pour lui succéder.

Si l’identité du futur maire ne fait aucun doute, les spéculations ont rapidement pris place concernant ses futurs adjoints.

Car il y aura du changement : ainsi, que le premier adjoint de Jean-Yves Chapelet sera le socialiste Denis Rieu, jusqu’ici conseiller municipal délégué aux solidarités. Jean-Yves Chapelet promeut ainsi un homme de confiance qui a fait sa carrière dans le social, jeune retraité comme lui.

La conseillère municipale Ghislaine Pagès va elle aussi devenir adjointe, alors que l’adjoint à la sécurité Michel Cegielski héritera des finances. La sécurité devrait quant à elle échoir directement au maire Jean-Yves Chapelet. En revanche, Catherine Eysseric ne sera plus adjointe, mais conseillère municipale. La conseillère régionale socialiste siègera donc avec le conseiller municipal Jean-Christian Rey, qui héritera d’une délégation sur les risques majeurs.

Le vote, comment ça marche ?

Si les Bagnolais ne sont pas rappelés aux urnes, c’est parce qu’une élection municipale est un scrutin de liste. Concrètement, en 2008 puis en 2014 les citoyens n’ont pas élu Jean-Christian Rey, mais la liste conduite par Jean-Christian Rey. Il s’agit donc plus d’un remaniement que d’autre chose. Si le maire démissionne, de son mandat, ce n’est pas le cas de la liste, qui elle reste bel et bien élue. C’est donc à elle de désigner par un vote à bulletin secret en conseil municipal extraordinaire le successeur du maire démissionnaire. Pour renvoyer les citoyens aux urnes, il aurait fallu que suite à des démissions ou des décès sans plus de possibilité de faire appel aux suivants de listes, un tiers au moins du conseil municipal reste vacant.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Partager