Société

GARD Une fête de la confédération paysanne sous le signe de l’inquiétude

La traditionnelle festivité s’est déroulée à Saint-Géniès-de-Malgoirès, avec les préoccupations des paysans.

Les châtaignes faisaient parties des produits proposés lors de la fête (photo Norman Jardin / Objectif Gard)

La 15e édition de la fête de la confédération paysanne du Gard a été l'occasion d'évoquer les problèmes rencontrés quotidiennement par la corporation. 

Un beau soleil brille sur le marché. Les odeurs du couscous et des grillades donnent l’eau à la bouche. Au centre de la manifestation, le groupe "Les Suppléments cornichons" se charge de l’animation musicale. Le matin, l’association "Le Fillon" avait proposé une initiation sur le thème "Comment tailler les oliviers". Au comptoir de la buvette, les clients parlent de leur quotidien de paysans et aussi d’autres sujets comme le match nul des Crocos contre Reims, joué la veille : « 0-0 à la mi-temps, c’est un vrai miracle », souligne l’un d’entre-eux.

Le groupe "Les Suppléments Cornichons" a mis de l’ambiance (photo Norman Jardin / Objectif Gard)

Mais si l’ambiance est joyeuse, elle n’est pas de nature à faire oublier les difficultés du métier de paysan. Lors de la conférence-débat du matin, le sociologue Pierre Bitoun exhorte l’auditoire à se mobiliser « pour éviter d’avoir le FN (Rassemblement national, NRLR ) et la République en Marche au second tour de l’élection présidentielle de 2022 ». À l’extérieur, le marché propose des produits divers et variés. Du textile, des paniers en osier, du vin, de l’épicerie artisanale, des fromages, des fruits, des légumes, de café et même des falafels.

Le sociologue Pierre Bitoun lors de la conférence-débat (Norman Jardin / Objectif Gard)

Il y en a pour tous les goûts. Parmi les exposants, Philippe fait figure d’habitué. Il participe pour la 14e fois une fête qui en est à 15 éditions. Ce paysan venu d'Aulas (près du Vigan) cultive l’oignon. Il reconnait que sa situation est moins précaire que certains de ces collègues. « Si j’ai tenu le coup, c’est parce que je ne me suis pas agrandi. Il aurait fallu que je fasse un emprunt à la banque et je n’ai pas voulu. » Philippe s’est aussi diversifié avec de l’horticulture mais il reconnaît que « c’est l’oignon qui a sauvé la région ».

Philippe a participé à 14 des 15 éditions de la fête de la confédération paysanne du Gard (photo Norman Jardin / Objectif Gard)

Dans un autre style, Manu est apiculteur à Saint-Etienne Vallée française (Lozère). Avec Joanne, sa compagne, il produit du miel de châtaigner. Son stand propose des pots de miels, des châtaignes grillées et des crêpes. Lui aussi ne cache pas son inquiétude. « Le plus préoccupant, c’est le réchauffement climatique qui menace les châtaigniers. Les sécheresses sont de plus en plus fréquentes. »

Manu et Joanne, les apiculteurs inquiets du changement climatique (Norman Jardin / Objectif Gard)

Et l’apiculteur se heurte aussi à d’autres difficultés administratives : « l’année dernière j’ai rempli un dossier sécheresse pour, au final, ne recevoir que 37€ ». Parfois il lui faut faire face à un manque de place : « beaucoup de parcelles sont abandonnées, mais les propriétaires ne veulent pas les louer ».

La fête de la confédération paysanne est aussi une occasion de se retrouver entre professionnels pour échanger sur les problèmes d’une corporation très préoccupée par un avenir incertain.

Norman Jardin

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité