Politique

GARD Sept maisons « France services » labellisées

Ce jeudi matin en préfecture pour la présentation des Maisons France services (Photo : Coralie Mollaret)

C’est l’une des mesures du Président Emmanuel Macron pour répondre à la crise des Gilets jaunes.

Emploi, retraite, famille, santé, ou encore accès au droit… Les démarches administratives relèvent parfois du parcours du combattant. « Et quand vous habitez en milieu rural sans accès à Internet, c’est encore pire ! », abonde Olivier Martin, président de la Communauté de communes Cèze-Cévennes. Pour certains, ces actes sont anodins. Pour d’autres, leur non-aboutissement peut conduire à la précarité.

L’an dernier, sur les ronds-points, plusieurs Gilets jaunes se sont indignés de la désertification des territoires, notamment ruraux, par les services publics. La semaine dernière, les élus départementaux votaient un vœu contre la « casse du service public », dixit l’élu de la Grand’Combe Patrick Malavieille au sujet de la restructuration du réseau de trésoreries. 

Ce jeudi, entouré d’élus et d’associations, le préfet a présenté l’une des réponses du Président Emmanuel Macron : les maisons "France services". Sur le papier, pas de grande révolution. Ces structures sont plutôt des évolutions des anciennes. « C’est une montée en gamme des Maisons de services publics qui existaient déjà », confirme le préfet, Didier Lauga, qui a confié la gestion du dossier à la sous-préfète du Vigan, Joëlle Gras.

Structures déjà existantes 

Dans le Gard, sept structures seront labellisées en janvier (le PIMMS Nîmes, l’association La Calade à Sommières et Calvisson, le CCAS d'Aigues-Mortes, la communauté de communes Cèze-Cévennes au Pont du Gard et à Saint-Ambroix).

Parmi les 30 critères de sélection pour décrocher le label, les structures devaient disposer de deux agents d’accueils en capacité de recevoir du public au moins 24 heures par semaine. La vraie nouveauté, c’est le partenariat avec neuf acteurs (La Poste, Pôle emploi, la Caisse des allocations familiales, la Mutualité sociale agricole…) qui pourront désigner un référent ou carrément tenir une permanence.

Cette montée en gamme s’accompagne de financements : 30 000 € par an pour chaque structure. D’ici 2022, l’État ambitionne de créer une maison "France services" par canton, soit 23 dans le Gard. À présent, c'est à l’ensemble des acteurs de jouer le jeu afin de faire réussir ce projet.

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité